Focus

Le multilinguisme : un vrai engagement politique pour notre université.

Michel Deneken. Photo d'archive - juillet 2018
Michel Deneken. Photo d'archive - juillet 2018

L’Alliance des universités européennes EPICUR, dont Strasbourg est pilote, a signé jeudi 15 octobre une déclaration sur l’engagement d’EPICUR en faveur du multilinguisme. Cette déclaration, virtuellement signée à Amsterdam, répond à un des objectifs fixés par la Commission européenne aux universités qu’elle a labellisées quand elle affirme que « en coopérant au-delà des langues, des frontières et des disciplines, nous pouvons relever collectivement les défis sociétaux et remédier aux pénuries de compétences qui existent actuellement ». Ce qui correspond parfaitement aux ambitions et aux valeurs fondamentales d’EPICUR qui promeut le multilinguisme et sensibilise les citoyens, étudiants, enseignants, chercheurs au rôle clé que jouent les langues européennes dans le renforcement des identités européennes. Dans l’alliance EPICUR, l’Université de Strasbourg est celle qui offre le plus grand nombre de langues notamment européennes. Il allait donc de soi que ce fût elle qui, au sein de l’alliance, pilote cet axe fort. Cet engagement n’est pas seulement un enjeu de formation. Il s’agit d’une vraie prise de position politique. Le désamour qui prévaut aujourd’hui chez de nombreux Européens vis-à-vis du projet européen procède pour partie du sentiment qu’il s’est construit de haut en bas et que les identités des peuples et des régions étaient progressivement sacrifiées. Nous habitons notre langue comme un lieu fondamental de notre identité. C’est dans notre langue que nous apprenons à penser et à dire, à prendre conscience de nous-mêmes et à découvrir la radicale altérité de l’autre. Pour nous, le multilinguisme n’est pas un fardeau mais une richesse. Il traduit au quotidien le multiculturalisme qui fait toute l’originalité du projet européen. Un des prestigieux alumni de notre université, J.W. von Goethe, européen dans l’âme, remarque avec justesse que : « ceux qui ne savent rien des langues étrangères, ne savent rien de la leur », et l’on pourrait appliquer cette juste observation à l’identité. Le projet EPICUR a cette ambition de permettre à chaque étudiant.e de se construire dans la rencontre de l’autre, à commencer par sa langue. Quand l’Europe inspire le scepticisme, l’alliance de nos huit universités veut donner le goût culturel, intellectuel, mais aussi charnel de la langue. Au lieu d’un globish aseptisant ou d’un espéranto improbable, EPICUR prône le joyeux concert des langues.

Michel Deneken
Président de l'Université de Strasbourg

Excellence universitaire : les... Changer d'article