Université

Glue s'attache à la réussite étudiante

Pascale Bergmann en septembre dernier.
Pascale Bergmann en septembre dernier.

Avec pour but d’aider les étudiants à s’y retrouver parmi les aides proposées par l’université, Glue (Garder le lien Unistra-étudiants) a été lancé peu de temps après le début du confinement. Avec quels effets ? Trois questions à Pascale Bergamann, vice-présidente déléguée Réussite étudiante.

Pouvez-vous nous rappeler brièvement ce qu’est Glue ?

Sous l’appellation « Garder le lien Unistra-étudiants », Glue rassemble en un lieu unique de nombreuses ressources utiles aux étudiants, comme des aides à la préparation des examens, des supports pour se divertir et faire du sport, pour penser son parcours d’études… Il ne s’agit pas à proprement parler d’un nouvel outil, mais d’un agrégat de choses déjà existantes, portées par l’Institut de développement et d’innovation pédagogiques (Idip), Espace avenir, le Service des sports, le Jardin des sciences… Puisque bien sûr, nous ne partions pas de zéro sur la problématique « réussite étudiante », que je porte.
En plus de la page récapitulative, Glue, hébergée sur le site de l’Idip, des courriels ont régulièrement été envoyés aux étudiants, relayés sur Ernest, avec une adresse spécifique créée en cas de questions. Et un nouveau rendez-vous « spécial confinement » a été lancé, à l’initiative de la conseillère à la réussite, Carine Jeangeorges, basée à l’Idip.

Etes-vous satisfaits du résultat ?

Depuis leur lancement, début avril, les pages Glue ont enregistré 1 367 vues. Certains articles sur Ernest ont été consultés par près de 1 000 visiteurs, comme celui sur la préparation des examens en ligne ou le passage d’un QCM en ligne. Cela montre que nous avons répondu à une attente. Les quatre rendez-vous confinés ont attiré 23 participants. Alors évidemment, cela peut paraître peu au regard du nombre total d’étudiants. Mais nous nous réjouissons d’avoir pu aider ceux qui ont sollicité notre aide. On reste conscients que le public le plus fragile, les décrocheurs et les premières années de licence, restent les plus difficiles à toucher. C’est vrai en présentiel, encore plus dans ce contexte. L’adresse de courriel Glue a reçu quelques demandes ; on sait que les étudiants s’adressent en priorité à leurs composantes, qui leur donnent des réponses. Nous avons pu répondre rapidement à ceux qui nous ont écrit, en les orientant vers les personnes ressources (assistantes sociales du Crous, dispositif d’aide pour le numérique)…

Si l’on regarde davantage dans le détail, la plateforme FEU ! lancée à la même occasion, compte déjà 900 inscrits, et la plateforme Aide à la réussite (avec notamment une boîte à outils des révisions) en recense 11 392 (+1 844 depuis le 16 mars).

Enfin, nous pouvons nous réjouir de ce que Glue fédère les services, qui l’ont bien identifié et s’en saisissent : Camus, Service de santé universitaire, Alumni…

Qu’est-il envisagé pour la suite ?

Les principales informations ont déjà été diffusées. La fréquence de l’envoi des courriels devrait se réduire. Mais comme certaines formations ont cours jusque fin juin et que les examens se poursuivent, Glue ne va pas s’arrêter. Nous pensons en particulier proposer de nouveaux rendez-vous confinés, pour, toujours, maintenir le lien.

Propos recueillis par E. C.

Des ordinateurs pour les étudi... Changer d'article  Du nouveau chez Ernest