Université

Les opérations de maintenance préventive reprennent dans les bâtiments

Depuis cette semaine, les entreprises de maintenance ont recommencé à intervenir dans les locaux de l'université.
Depuis cette semaine, les entreprises de
maintenance ont recommencé à intervenir dans
les locaux de l'université.

Depuis le mardi 21 avril, la maintenance préventive a repris dans les bâtiments universitaires. Une reprise nécessaire à la prochaine réouverture des locaux aux personnels, et assortie d’une organisation millimétrée, organisée par la Direction du patrimoine immobilier (DPI).

Vérification des ascenseurs, des systèmes de sécurité incendie, des ventilations, des climatisations : autant de travaux de maintenance préventive qui sont généralement effectués à intervalles réguliers dans l’ensemble des bâtiments universitaires.  Certains d’ailleurs réalisés par obligation réglementaire. Etant donnée la saison, la fermeture des systèmes de chauffage et l’entretien des espaces extérieurs (taille, plantations, etc…) viennent s’ajouter à la liste.

La crise du Covid-19 et le confinement ont donné un coup d’arrêt à cette surveillance programmée des bâtiments. Mais depuis cette semaine, les entreprises de maintenance, concernées par ces travaux, ont commencé à intervenir dans les locaux. « Cela devenait nécessaire pour deux raisons : certaines opérations de maintenance doivent être à jour pour permettre une réouverture en toute sécurité des locaux de l’université après le 11 mai, explique Pauline Farcis-Morgat, directrice-adjointe de la DPI. Par ailleurs, ces opérations programmées sur de longues périodes ne pouvaient pas être décalées à l’infini, au risque de ne pouvoir être effectuées dans des délais raisonnables, parce que les entreprises auraient dû faire face à une trop forte surcharge de travail ».

Pauline Farcis-Morgat, directrice-adjointe de la DPI.
Pauline Farcis-Morgat, directrice-
adjointe de la DPI.

Phasage des interventions

Pour préparer cette reprise, la DPI a défini les conditions d'accès des entreprises aux locaux, en respectant la sécurité sanitaire. « Ces interventions se feront selon un planning défini en amont, et après que les entreprises aient formulé leur demande et fait valider les conditions de l’intervention de leurs salariés sur les sites universitaires. »

En s’appuyant sur ce planning, les coordonnateurs de secteurs géographiques à la DPI prendront contact avec les agents chargés de fermer et d’ouvrir les bâtiments pour organiser l’accès aux locaux, voire une remise de clés pour le temps de l’intervention. Le tout en respectant les gestes barrières et la distanciation sociale. « Du fait de ces contraintes, plusieurs entreprises ne pourront pas intervenir en même temps. Il y aura un phasage des interventions », précise Pauline Farcis-Morgat. « Les entreprises sont aussi demandeuses d’intervenir pour avancer dans leur travail. Il est souvent plus simple aussi pour elles de réaliser leur intervention dans des bâtiments vides. »
De quoi permettre un retour des personnels de l’université à leurs postes de travail dans des bâtiments opérationnels.

Caroline Laplane

Et les chantiers de construction ?

Interrompus eux aussi du jour au lendemain au moment de la mise en place du confinement, les chantiers de construction et de rénovation en cours à l’université vont-ils également reprendre rapidement ?
« La DPI y travaille avec les différents maîtres d’œuvre impliqués dans ces chantiers, explique Pauline Farcis-Morgat. Nous essayons d’établir un cadre qui précise les conditions de cette reprise. Il est clair qu’il ne pourra s’agir dans un premier temps que d’interventions distinctes, en monoactivité, ce qui modifie grandement les plannings des entreprises. Il y a aussi des contraintes spécifiques dans les bâtiments en rénovation qui accueillent des personnels. » Les conditions de reprise plus large des différents chantiers devraient être précisées dans les semaines à venir.

Ressources humaines : les répo... Changer d'article  Avec « Mercure » et « Longue-v...