Université

Avec « Mercure » et « Longue-vue », les étudiants du Cuej s'investissent pour surmonter le confinement

Les étudiants du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej) de l’Université de Strasbourg ont lancé le 19 mars Mercure, leur newsletter. Elle apporte à ses abonnés chaque jour à 18 h un condensé de l’actualité, élaboré par les étudiants du master 2 spécialité presse écrite et multimédia. Longue-vue, le podcast des étudiants en radio, y a été intégré la semaine suivante. Caroline Celle et Hugo Bossard, rédacteurs en chef de Mercure, et Maxime Glorieux, celui de Longue-vue, ont accepté de répondre à nos questions.

Comment l’idée de cette newsletter a-t-elle germé ?

Caroline Celle et Hugo Bossard : L'idée nous a été soufflée par notre directrice d’études, Rafaële Brillaud, après avoir discuté avec un ancien du Cuej qui a lancé récemment sa newsletter quotidienne. Nos intervenants nous ont mis sur la voie et nous ont expliqué comment l’éditer. On fonctionne en autonomie et on a un retour régulier sur nos productions.

Comment cela s’est mis en place ?

C.C. et H.B. : On a commencé à réfléchir à Mercure dès le 16 mars, avant le confinement. Il nous a fallu quelques jours pour choisir les rubriques et le contenu ; la première newsletter a été lancée quatre jours plus tard. On a toujours des choses à améliorer, donc on a intégré une rubrique pour mettre en valeur Longue-vue, une semaine plus tard.

Maxime Glorieux : Pour ce podcast, on avait envie d'un ton et de sujets moins anxiogènes que ce qu’on entend à la radio, de réfléchir à ce qui est en transition pendant cette pandémie et à ce qui va changer dans l'après-confinement. La ligne éditoriale est différente de celle de Mercure, c’est un projet indépendant. Mais puisqu’on vient de la même maison, Longue-vue est intégré à la newsletter.

Comment vous répartissez-vous le travail et les thèmes ? Et pour l’enregistrement du podcast ?

C.C. et H.B. : Chaque matin, on se réunit par visioconférence : en général, on anticipe la veille et les étudiants s'inscrivent sur un planning organisé en fonction des rubriques. On fait alterner les équipes ; Caroline est rédactrice en chef de Mercure un jour, puis Hugo prend sa place le lendemain, et on a chaque jour un rédacteur en chef différent pour Longue-vue. Les premiers papiers sont rendus avant 16 h et on édite la newsletter sur un service de messagerie pour l’envoyer à 18 h.

M. G. : Le format radio exige plus de temps pour l'enregistrement, donc on a toujours un épisode d'avance.

La newsletter propose six rubriques : une revue de presse, une question que les lecteurs se posent, une interview de quelqu’un qui continue son activité professionnelle, trois infos essentielles, une info passée à la trappe et le conseil du jour. On a créé une version légèrement différente pour le samedi, avec d’autres rubriques. On publie également un hors-série du podcast chaque samedi, portant sur une facette particulière de notre confinement et davantage centré sur le témoignage.

M. G. : La contrainte principale pour Longue-vue a été l’enregistrement. Heureusement, on a acquis notre propre matériel durant l'année au Cuej. On a improvisé des petits studios chez nous ; sous mon bureau recouvert d'une couette pour ma part, j'ai gagné en souplesse grâce à ce podcast. Pour les interviews, Matthieu Mondoloni, notre directeur de spécialité, nous a donné des techniques d'enregistrement pour avoir une qualité de son optimale. Et on fait marcher notre imagination pour ajouter des sons d'ambiance depuis notre cuisine, salle de bain ou jardin pour certains !

Combien y a-t-il d’inscrits à la newsletter et sur les réseaux sociaux ? Quels retours avez-vous ?

C.C. et H.B. : On avoisine les 800 abonnés. Au début, c’étaient surtout des proches, des anciens de l'école, mais maintenant c'est assez large. On a de bons retours, des lecteurs nous font part de corrections à effectuer ou nous posent des questions. On fonctionne comme un vrai média avec une bonne audience !

Sarah Strauch

Fier de ses étudiants

Pour Matthieu Mondoloni, directeur de la spécialité radio au Cuej, c’est une réussite : « avec Longue-vue, les étudiants réalisent quotidiennement des reportages, travaillent leur voix… Ils expérimentent la réalité du métier, malgré l’annulation des stages, dans des conditions compliquées, en respectant les règles de confinement. Je suis très fier d'eux et de ce qu'ils réalisent chaque jour avec les moyens du bord. »

Les opérations de maintenance ... Changer d'article  Avancer sa VAE pendant le conf...