Communauté

« Grâce au cadre souple, un dossier VAE qui me ressemble »

Yannick Hommel, chargé de projet à la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS), souhaitait sécuriser son parcours professionnel et évoluer dans son entreprise.
Yannick Hommel, chargé de projet à la
Compagnie des transports strasbourgeois
(CTS), souhaitait sécuriser son parcours
professionnel et évoluer dans son entreprise.

Désireux de sécuriser son parcours professionnel et d’évoluer dans son entreprise, Yannick Hommel, chargé de projet à la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS), a entamé voici deux ans un processus de Validation des acquis de l’expérience (VAE). Il revient sur cette expérience « enrichissante et déroutante au départ ».

Présentez-vous en quelques mots.

Après un bac scientifique, puis un DUT Génie industriel et maintenance, j’ai été électronicien puis technicien d’atelier, avant d’intégrer la CTS, en tant que responsable d’équipe de maintenance tramways. Après un passage chez Alstom Transport, de 2011 à 2014, en tant que responsable d’unité de production essais, j’ai repris mon poste de responsable d’équipe maintenance à la CTS. Je suis actuellement, et depuis début 2019, chargé de projet Gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO).

Quelles étaient vos motivations à la VAE ?

Il y a trois ans, j’ai souhaité évoluer au sein de l’entreprise. Malheureusement, faute d’un niveau de diplôme suffisant, je n’ai pas été retenu. J’ai alors souhaité valider les acquis de mon expérience, et ainsi faire reconnaitre mes compétences. L’objectif était également de sécuriser mon parcours professionnel, et de m’ouvrir à de nouvelles perspectives d’évolution.

Comment s’est déroulée votre démarche ?

Suite à la réunion d’information à l’Université de Strasbourg, en 2017, j’ai parcouru attentivement l’offre de formation, pour identifier le diplôme qui correspondait le mieux à mon parcours et à mon projet professionnel. J’ai fait des recherches sur le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et j’ai contacté la cellule VAE. Fort de tous ces conseils, j’ai repéré le master Génie industriel - Production industrielle (GIPI). Je me suis rendu à la journée portes ouvertes et j’ai par la suite contacté l’enseignant responsable du master. Ce projet a mûri pendant quelques mois, et c’est en juillet 2018 que j’ai déposé une demande. J’ai rédigé un premier dossier dit de « recevabilité-faisabilité ». Après étude de ma candidature, l’enseignant m’a encouragé à poursuivre mon projet et a donné un avis favorable à ma demande.

Comment avez-vous été accompagné ?

J’ai choisi d’être accompagné par la cellule VAE pour l’étape d’élaboration du dossier de demande de VAE. Cet accompagnement méthodologique se compose d’ateliers collectifs et d’entretiens individuels. Un appui disciplinaire est également réalisé par l’enseignant responsable du diplôme.

L’entretien avec le jury s’est bien passé, l’échange était riche et intéressant. J’ai eu un retour par rapport à la qualité de mon écrit. J’ai obtenu le master avec une mention très bien.

Qu’avez-vous appris au cours de cette démarche ?

Au début, il était difficile pour moi de cerner les attendus de la démarche. Je suis passé par des moments de doutes. Les échanges que j’ai eus avec mon accompagnatrice et l’enseignant m’ont permis d’avancer. Mon écrit a évolué petit à petit et les attendus sont devenus plus clairs au fur et à mesure de la rédaction. Ce cadre souple, qui pouvait être déroutant au début, m’a finalement permis de produire un dossier qui me ressemble, ce que j’ai trouvé très enrichissant.

J’ai pris plaisir à me plonger dans la littérature scientifique. La lecture de différents ouvrages m'a permis de découvrir de nouvelles méthodes, de nouveaux concepts que j’ai pu comparer et intégrer à mes pratiques. Encore aujourd’hui, je me base sur des lectures pour réaliser une activité ou faire avancer un projet. Cela fait désormais partie de ma méthode de travail.

L’après VAE ?

L’obtention du diplôme a été très appréciée par mon employeur. Aujourd’hui, je me consacre à ma mission sur le projet GMAO, mais ce diplôme m’ouvre de nouvelles perceptives pour la suite.

En résumé ?

Une aventure très enrichissante, qui aura nécessité un fort investissement personnel.

Marion Huber

Manon, botaniste à la croisée ... Changer d'article  Dix candidats en lice pour Ma ...