Université

« Confronter la théorie à la pratique grâce à la VAE »

Michèle Dietrich. Crédit : DR
Michèle Dietrich. Crédit : DR

Michèle Dietrich est conseil en propriété industrielle, responsable du département Marques au cabinet Nuss (groupe Ipsilon), spécialisé dans le conseil en propriété industrielle. En 2019, elle a siégé à deux reprises dans des jurys de Validation des acquis de l’expérience (VAE) du master Droit des affaires – Droit du multimédia et des systèmes d’information, en tant que membre professionnel extérieur à l’Unistra*.

Comment avez-vous connu le dispositif de VAE ? 

Le cabinet Nuss, pour lequel je travaille, est naturellement intéressé par la formation universitaire. Son directeur, Laurent Nuss, est professeur au Centre d'études internationales de la propriété intellectuelle (Ceipi) et deux collaborateurs, Pierre Jeannequin et Olivier Girard y sont également chargés de cours pour la formation des ingénieurs et des juristes en propriété industrielle. Nous avons déjà siégé en 2016 dans un jury de VAE à l’Université de Strasbourg. De plus, notre profession permet l’accession à la liste des personnes qualifiées pour devenir conseil en propriété industrielle par VAE sous certaines conditions. Aussi lorsque j’ai été sollicitée par la cellule VAE pour participer à un jury de VAE, j’ai tout de suite été partante !

Quel travail vous a-t-il été demandé en tant que membre de jury de VAE ?

Pour chaque candidat, j’ai reçu le dossier de VAE quelques semaines avant le jury. Après une lecture et une analyse attentive, j’ai complété un rapport préparatoire précisant les compétences qui me semblaient maitrisées, en m’appuyant sur le référentiel du diplôme. J’ai listé les questions que je souhaitais poser aux candidats.
Le jour du jury, nous avons échangé avec les différents membres de jury, avant de recevoir le candidat en entretien. Nos points de vue étaient complémentaires. C’était très intéressant puisque sont présents un professionnel, un enseignant, un président du jury extérieur au domaine, ainsi que le responsable du diplôme.
L’entretien a pour but de lever les éventuelles zones d’ombres et de permettre au candidat de démontrer ses compétences, en lien avec le diplôme visé. Le jury est responsable de l’attribution de tout ou partie du diplôme et sa décision est le résultat d’un consensus. Dans les deux jurys auxquels j’ai participé, les dossiers ont abouti à une validation totale. Nous avons délivré la mention bien à l’un des candidats qui avait vraiment un parcours et un dossier exemplaires.

Qu’est-ce qui vous a intéressé dans cette mission ?

Les candidats sont des personnes qui bénéficient déjà d’une expérience dans leur domaine, ils ont des parcours très intéressants et apportent un autre regard sur la matière, en l’occurrence le droit de la propriété industrielle. La VAE permet d’accéder à un diplôme en faisant valoir la compétence du candidat acquise au cours de son parcours professionnel, ce qui est très valorisant. En outre, la complémentarité des parcours des membres du jury permet de confronter les points de vue, notamment entre la théorie et la pratique.

Et si c’était à refaire ?

Sans hésitation ! Je siège d’ailleurs dans un jury de VAE de l’Unistra en février prochain, cette fois pour la licence Administration économique et sociale (AES).

Cellule VAE

* Conformément à la loi, les jurys de VAE sont constitués d’enseignants-chercheurs, mais aussi de représentants du terrain professionnel. 

Traitement de choc pour les ét... Changer d'article  Toute l'offre de formation sou...