Focus

Le GMGM en 80 plantes : symbiose réussie !

80 plantes pour les 80 ans du CNRS : c’est pour enrichir les relations entre collègues, améliorer la qualité de vie au travail et s’approprier leurs nouveaux locaux qu’une petite équipe du laboratoire de Génétique moléculaire, génomique, microbiologie (GMGM) a répondu à un appel à projets du CNRS. A peine un an plus tard, le pari semble gagné !

Succulentes, fougères, ficus, zamioculcas, beaucarnea… Luxuriants rejets ou timides boutures, les plantes s’épanouissent sur les bureaux, les étagères et les bords de fenêtres de nombreux membres du GMGM, répartis sur trois étages de l’Institut de physiologie et de chimie biologique (IPCB).

Le résultat heureux d’un appel à projets lancé par le CNRS début 2019, visant à favoriser la qualité de vie au travail (QVT) : « Comme cet appel s’inscrivait dans l’année-anniversaire, on a eu l’idée de proposer "80 plantes pour les 80 ans du CNRS" », raconte Anne-Marie Heckel, l’une des porteuses du projet. L’idée fait mouche : le projet est retenu aux côtés de 47 autres au niveau national – le seul pour la délégation Alsace.

« Tout a commencé avec le regroupement des six équipes de l'unité, auparavant réparties entre l’IPCB (campus Esplanade) et l’Institut de botanique (campus historique), dans nos locaux communs de l’IPCB, en janvier 2019, rappelle Emilie Muller, qui a porté le projet avec Anne-Marie Heckel. Tout avait été refait à neuf et cela nous semblait froid, presque stérile. »

Anne-Marie Heckel, Claudine Bleykasten, Emilie Muller et Benoît Masquida
Anne-Marie Heckel, Claudine Bleykasten, Emilie
Muller et Benoît Masquida

Sourire

Le projet accepté, le groupe de travail du départ, constitué d'une dizaine de personnes, s’étoffe rapidement. « Beaucoup de monde s’est pris au jeu : directeurs de recherche, informaticiens, chercheurs, étudiants en master et en thèse, permanents et non-permanents… », se félicite Claudine Bleykasten, elle aussi impliquée dans la conduite du projet « 80 plantes… ». Une fois les 80 espèces végétales choisies avec l'aide des employés du Jardin botanique* et achetées grâce aux 2 500 € de budget, le projet connaît un temps fort le 15 octobre dernier : « Nous étions une quarantaine – sur la soixantaine de personnes que compte le labo – à nous rendre au Jardin botanique pour une visite guidée et des ateliers rempotage, bouturage et semis » Une belle occasion de renforcer les liens entre nouveaux collègues de travail. « Même aujourd’hui, on se donne des nouvelles de nos plantes respectives. Une étudiante m’a même dit que voir autant de végétaux autour d’elle, ça lui donnait le sourire le matin ! », se réjouit Anne-Marie Heckel. Désormais bien enraciné au GMGM, le projet QVT ne cesse de s'étoffer, avec d'autres idées en cours ou en maturation (une nouvelle journée au jardin, une bibliothèque partagée). Et les liens créés dépassent désormais les frontières du GMGM : « Nous avons invité les jardiniers à notre traditionnelle fête de Noël ! »

Elsa Collobert

* Le Jardin botanique est rattaché à la Faculté de sciences de la vie, dont fait partie le GMGM

Du vert dans la vie du GMGM... en images !

L’Europe au cœur du séminaire ... Changer d'article  Adieu ENT, bonjour Ernest !