Communauté

Avec Celia, le zéro déchet sans prise de tête !

Partager ses conseils zéro déchet avec humour et bienveillance, c’est le défi que s’est lancé Celia, 24 ans, en créant son compte Instagram Keldechet. Avec bientôt 9 000 abonnés, sa communauté continue de s’agrandir mais elle reste fidèle à elle-même. A l’occasion de la Semaine européenne de réduction des déchets, L’Actu est parti à sa rencontre.

Alimenté quotidiennement par l’étudiante strasbourgeoise en sociologie, le compte est un véritable journal de bord qui reflète son parcours écolo. Aux origines du projet, un challenge entrepris avec une amie pour « une année sans fast-food ». Instagram lui a alors permis de partager avec ses amis ses réflexions, ses victoires, et des conseils pratiques. Une fois le défi réussi, l’envie de continuer était là, et d’autres défis ont été lancés : « un an sans shopping », « un an en ramassant les déchets » …

Partager son vécu et ses ressentis depuis presque deux ans a permis à Celia et à sa communauté de suivre son évolution. Le message est clair et déculpabilisant. Chacun va à son rythme, et les petites actions ont toute leur importance dans ce processus de changement. Mais se challenger et sortir de sa zone de confort, comme l’a fait Celia, montre aussi que tout est possible.

Un compte à son image

Celia veille également à ce que son compte lui corresponde. Elle choisit ainsi avec soin les partenariats qu’elle accepte. Sur un réseau social basé sur l’image tel qu’Instagram, bien choisir ce à quoi on souhaite donner de la visibilité est essentiel. Dans cette optique, la jeune femme privilégie les projets derrière lesquels « il y a de vrais gens derrière ». D’autant plus que le lien avec sa communauté est basé sur la confiance.  Elle refuse donc les partenariats payés, et souhaite rester libre « pour ne pas devenir un panneau publicitaire ».

Alimentation, consommation, loisirs, rapport au  corps, voyages... Celia compare son compte  Instagram à un journal de bord où elle partage  ses réflexions, expériences et bons plans.
Alimentation, consommation, loisirs, rapport au
corps, voyages... Celia compare son compte
Instagram à un journal de bord où elle partage
ses réflexions, expériences et bons plans.

Outre les conseils et idées que Celia partage, la plateforme est également l’occasion pour elle d’échanger avec sa communauté. Que ce soit par commentaires ou messages privés, les sujets de discussion ne manquent pas et Celia tient à répondre à tout le monde. Des rencontres sont ainsi nées de ces échanges. Si au début elle ne les recherchait pas, Celia n’hésite pas à les provoquer désormais. Cela permet un « enrichissement mutuel » et une évolution de sa réflexion.

Mais pour obtenir un tel résultat, Celia fait preuve d’assiduité au quotidien. Afin de maintenir vivant et dynamique son compte, une bonne organisation est essentielle. Celia écrit ainsi les posts en avance, et les édite, avant de les publier. Si Instagram occupe une grande place dans sa vie, l’étudiante place ses études en priorité. Elle consacre ainsi deux heures par jour à son compte, qu’elle répartit tout au long de la journée.

Des perspectives d’évolution

Le nombre d’abonnés continue d’augmenter progressivement et Celia souhaite élargir son horizon via d’autres canaux de communication. Une conférence avec l’association Erasmus Student Network (ESN), une intervention sur une radio locale ou la participation à des café-débats… : les occasions ne manquent pas.  

Loin de dogmes et d’une morale culpabilisante, le compte de Celia reflète un parcours coloré et vivant. Elle nous invite ainsi à interroger nos véritables besoins et à sortir d’une vision manichéenne. Être écolo est un chemin vers l’essentiel, plus qu’un but final.

Emilia Vogtenberger (cellule Développement durable)

Vous souhaitez diminuer la quantité de vos déchets ?  

Quelques gestes simples peuvent être mis en place !

  • Utiliser un sac à pain et refuser le sac en papier donné par les boulangeries est un premier pas.
  • Acheter en vrac dans les magasins spécialisés et en grande surface est également une option.
  • Enfin, en période de fêtes, ne pas hésiter à utiliser des matériaux de récupération pour les emballages cadeaux (journaux, éléments naturels, tissu…) et à privilégier les cadeaux dématérialisés (places de spectacle, repas passé ensemble, cours de danse…) ou d’occasion.
  • A Strasbourg, Carijou vend des jouets d’occasion, et la Recyclerie propose différents outils de cuisine et emploie des jeunes dans une démarche de réinsertion.

Liens vers les lettres électro... Changer d'article  Intelligence des plantes : gar...