Université

« L’accueil des étudiants internationaux, une démarche d’amélioration continue »

En juillet dernier, l’Université de Strasbourg s’est vue décerner le label « Bienvenue en France » pour la qualité de son accueil des étudiants internationaux avec 3 étoiles, soit le nombre maximum délivré pour ce label. Cette obtention, pour quatre ans, a déjà permis de renforcer certains dispositifs dès cette rentrée. Le point avec Irini Tsamadou-Jacoberger, vice-présidente Relations internationales, et Rachel Blessig, directrice des Relations internationales.

De quelle manière l’Université de Strasbourg s’est-elle engagée dans cette démarche ?

Irini Tsamadou-Jacoberger : Très vite après l’annonce faite par le Premier ministre en novembre 2018 du lancement de la stratégie « Bienvenue en France », l’Université de Strasbourg a décidé de s’y engager. L’amélioration des conditions d’accueil des étudiants internationaux portée par cette labellisation est une préoccupation quotidienne dans notre établissement, qui compte 20 % d’étudiants étrangers, soit plus de 10 000 personnes. Pour monter le dossier, il a fallu fédérer l’ensemble des vices-présidences, des composantes et des services centraux qui interviennent pour l’accueil des étudiants étrangers, dans toutes les structures de l’université.

Rachel Blessig : La démarche pour l’obtention de ce label a consisté en une autoévaluation de l’ensemble des modalités d’accueil : la qualité et l'accessibilité de l’information, les dispositifs de l’offre de formation et d'accompagnement des enseignements, la qualité de la vie de campus et la qualité de suivi post-diplômant.

Quels sont les principaux enseignements de cette autoévaluation ?

I. T.-J. : Malgré notre bonne connaissance de cette thématique, répondre à ce label a été pour nous l’occasion d’engager un nouveau chantier pour avoir un état des lieux très précis et de qualité de notre approche de l’accueil, de relever les bonnes pratiques et d’en faire profiter l’ensemble de la communauté. Rebecca Valeri, chargé de mission Relations internationales à la Direction des relations internationales (DRI) sur ce dossier, a réalisé un travail de synthèse remarquable.

R. B. : Pour répondre à cet appel, il a fallu recenser l’ensemble des bonnes pratiques mais également donner des éléments concrets et des preuves de leur mise en œuvre. Les Correspondants relations internationales (Cori) ont joué un rôle important. Très réactifs, ils ont su apporter les exemples, documents de synthèse et explications pour démontrer la qualité de la mise en œuvre.  Au final, c’est un document de plus de 600 pages que nous avons constitué et qui a été déposé fin juin 2019.

Lors de la cérémonie d'annonce des universités labellisées en juillet dernier.
Lors de la cérémonie d'annonce
des universités labellisées en juillet dernier.

Y’a-t-il un après label ?

I. T-J. : Nous avons aujourd’hui ce label, avec la note la plus haute (trois étoiles) pour une durée de quatre ans. Nous nous sommes rendu compte qu’à l’échelle de l’université, les bonnes pratiques sont bien présentes, même si chaque structure peut avoir un fonctionnement particulier. Il s’agit aujourd’hui de renforcer les dispositifs existants et certainement d’en inventer d’autres. Suite à la labellisation, nous avons obtenu du ministère un financement de 120 000 €, destiné à développer la Maison universitaire internationale (MUI). Nous avons également pu répondre à deux nouveaux appels à projets, que nous avons obtenus. Le premier, doté d’un financement de 15 000 €, est destiné à améliorer l’accueil des étudiants internationaux en mettant en place un buddy system, un parrainage par des pairs. Dès cette rentrée, des étudiants vacataires vont être recrutés pour réaliser un travail d’accompagnement tout au long de l’année. Le deuxième, de 50 000 €, va permettre d’augmenter l’offre de cours de Français langue étrangère (FLE) aux étudiants hors programme d’échange et aux étudiants réfugiés. C’est une vraie dynamique qui se met aujourd’hui en place, qui va permettre de renforcer les dispositifs existants.

R. B. : Dès cette rentrée, la réunion destinée aux étudiants internationaux sera élargie au-delà des seuls étudiants en coopération internationale. L’ensemble des étudiants internationaux inscrits à l’université sont dorénavant invités à participer à la journée d’accueil du 6 septembre. Nous allons également organiser des réunions de travail entre les services concernés, pour diffuser les bonnes pratiques. Il est primordial de partager ses expériences et d’échanger, dans une démarche d’amélioration continue. Les prochains enjeux consistent, d’une part, à réussir à toucher l’étudiant international admis à l’Université de Strasbourg avant son arrivée dans notre établissement et, d’autre part, à son arrivée, au travers de l’activité de la MUI.

Propos recueillis par Edern Appéré et Frédéric Zinck

Une journée pour les étudiants internationaux
La réunion de rentrée destinée aux étudiants internationaux est désormais élargie au-delà des seuls étudiants en programme d'échange. L’ensemble des étudiants internationaux inscrits à l’université ont été invités à participer à la journée d’accueil du vendredi 6 septembre, dont le point de départ était le hall du Patio.

Une rentrée durable au Crous Changer d'article  Nouvelle ère pour la licence ?