Focus

Le point sur l’avancée de la recherche en neurosciences à l’Unistra

Les 13 chercheurs soutenus par le fonds Paul- Mandel ont présenté l'avancée de leurs  recherches lors du colloque.
Les 13 chercheurs soutenus par le fonds Paul - Mandel ont présenté
l'avancée de leurs recherches lors du colloque.
Jean-Louis Mandel, fils de Paul Mandel était présent (au centre).

Mardi 11 juin, treize jeunes chercheurs de l’Université de Strasbourg et du CNRS ont présenté leurs travaux lors du colloque du fonds Paul-Mandel pour les recherches en neurosciences. Un fonds, mis en place à la Fondation Unistra, grâce à un don exceptionnel de 500 000 € d’un alumni Unistra.

Organisé le 11 juin dernier, le colloque du fonds Paul-Mandel pour les recherches en neurosciences a été l’occasion de rendre hommage au chercheur, décédé en 1992 et auteur de travaux de recherche précurseurs sur la biochimie du cerveau. Paul Mandel est le fondateur du Centre de neurochimie de Strasbourg, aujourd’hui Institut des neurosciences cellulaires et intégratives (Inci), sur le campus Esplanade : il était donc tout naturel que ce colloque se déroule entre ses murs.

C’est grâce à un don d’un alumni de 500 000 € à la Fondation Université de Strasbourg, le plus important reçu d’un particulier, que treize projets innovants et ambitieux de jeunes chercheurs dans les domaines des neurosciences ont pu être soutenus. Depuis 2016, des quatrièmes années de doctorat, des cofinancements doctoraux ou des post-doctorats ont été financés.

Etaient présents les jeunes chercheurs lauréats de l’Unistra et du CNRS, comme Gina Picchiarelli (« Maladie de Charcot : rôle de la protéine Fus »), Maxime Sartori (« Maladie d’Alzheimer : étude de l’impact du gène BIN1 ») et David De Sa Nogueira (« Prise volontaire de cocaïne ou de sucre : neuroadaptations du système endocannabinoide »). Leurs encadrants et de nombreux chercheurs en neurosciences strasbourgeois ont également participé au colloque.

Jean-Louis Mandel, fils de Paul Mandel, et de nombreuses personnalités du domaine des neurosciences étaient également présentes, dont Pierre Chambon (ancien directeur du Laboratoire de génétique moléculaire des eucaryotes, fondateur et ancien directeur de l’IGBMC), Marie-France Bader (ancienne directrice de l’Inci), Michel Barrot (directeur actuel de l’Inci), ou encore Florence Noble (directrice adjointe scientifique de l’Institut national des sciences biologiques, CNRS).

Deux conférences ont été données sur l’actualité de thématiques initiées par Paul Mandel : « De la découverte du Poly (ADP-Ribose) aux inhibiteurs de la Poly (ADP-ribose) polymérase dans la thérapie du cancer », par Gilbert De Murcia et « Actualité de la Dépakine, une molécule Janus (antiépileptique, antidépresseur, foetotoxique) par Catherine Chiron.

L'audace des pionniers, en tex... Changer d'article  Découvrez la synthèse Cap 2030