Université

Continuer d’accompagner la réforme des IUT

Alexandra Knaebel, directrice de l'IUT
Louis-Pasteur et présidente de
l'association des directeurs d'IUT.

Comme annoncé dans L'Actu du 24 mai 2019, Alexandra Knaebel, directrice de l'IUT Louis-Pasteur à Schiltigheim, est la nouvelle présidence de l'ADIUT, l'association des directeurs d'IUT, depuis mai 2019. Quels chantiers l'attendent et quels sont les enjeux pour les IUT dans le contexte actuel de réforme ?

Vous êtes impliquée depuis 2014 dans les associations régionale et nationale des directeurs d'IUT. Cette élection s'inscrit dans la continuité ?

Effectivement, c'est une continuité de mon engagement au service du réseau des IUT. Je suis diplômée d'un IUT, j'y ai exercé comme enseignante-chercheuse, puis comme cheffe de département, et directrice depuis 2013. Je suis impliquée dans le réseau depuis 2014 au niveau régional en tant que vice-présidente de l'ARIUT Alsace, et depuis 4 ans au niveau national comme vice-présidente et responsable de la commission Recherche, transfert de technologie et innovation.   
Qui plus est, depuis 18 mois, nous travaillons à un projet de rénovation des formations des IUT, dans lequel je suis fortement impliquée. A l'automne dernier, lors de la concertation sur la professionnalisation des premiers cycles universitaires, j'ai porté le projet de DUT en 180 ECTS¹, avec Rodolphe Dalle, l'ancien président de l'ADIUT, et Sophie Lengrand-Jacoulet, directrice de l’IUT d’Aix Marseille. J'ai souhaité aller jusqu'au bout de ce dossier en me présentant à la présidence.

Pouvez-vous nous parler de cette réforme de rénovation des formations, que vise-t-elle et quels en sont les enjeux ?

Il s'agit de positionner le DUT, actuellement en 120 ECTS, dans le schéma européen des diplômes en 180 ECTS, en intégrant les licences professionnelles. Autrement dit, nous voulons proposer une offre de formation intégrée, en trois ans, en rénovant les programmes pédagogiques nationaux des spécialités de DUT, pour améliorer la réussite des étudiants, favoriser leur insertion professionnelle et répondre à l'évolution des métiers et des technologies.
Nous devons aussi intégrer les évolutions dues à la réforme du baccalauréat. Les lycéens devront choisir des enseignements de spécialité en première et terminale, il en découlera une plus grande diversité de profils. Ces premiers bacheliers arriveront en septembre 2021.

Les membres de l'association des directeurs  d'IUT réunis à Strasbourg.
Les membres de l'association des directeurs
d'IUT réunis à Strasbourg.

Quels autres chantiers vont vous occuper ces prochaines années ?

Dans le cadre de la rénovation des programmes, nous devons transformer nos pratiques pédagogiques pour les inscrire dans une approche par compétences. La réforme de la formation professionnelle nous impose de décliner nos programmes en blocs de compétences. Cela va modifier la manière d’enseigner et d’évaluer de nos enseignants. Nous allons rompre avec l'enseignement disciplinaire. La notion d'équipe pédagogique prendra tout son sens. C'est un chantier important. Il faudra du temps pour que l’ensemble des enseignants s’approprient l’approche par compétences et pour la déployer dans les 113 IUT du réseau.

Il était justement question de cette réforme lors du 30e colloque Formation continue et alternance, qui réunissaient les directeurs d'IUT à l'IUT d'Haguenau les 12, 13 et 14 juin dernier ?

Oui, nous avons débattu sur la manière dont les IUT répondent à cette réforme de la formation professionnelle. Cette nouvelle offre de formation par bloc de compétences sera modulaire, elle permettra d'accueillir de nouveaux publics salariés ou demandeurs d'emploi en formation continue. Par cette rénovation, nous souhaitons développer l'offre de formation tout au long de la vie et de formation en alternance, ce qui est aussi un enjeu de la réforme.

¹ European Credits Transfer System

Stéphanie Robert

Exprimer la singularité de Sci... Changer d'article  Appels à projets