Focus

« Nous avons des lauréats de tous niveaux et de toutes disciplines »

Série 10 ans de l'Université de Strasbourg, épisode 3. Prix Nobel, prix Kavli… L’Université de Strasbourg a le prix en poupe. En plus d’une reconnaissance avérée, les prix représentent de véritables accompagnements pour les chercheurs, permettant en particulier de mettre le pied à l’étrier aux plus jeunes. Le point avec Catherine Florentz, vice-présidente Recherche et Formation doctorale.

Catherine Florentz, vice-présidente Recherche et Formation doctorale
Catherine Florentz, vice-présidente Recherche
et Formation doctorale

L’Université de Strasbourg est-elle une université à prix ?

Les quatre prix Nobel en activité présents à l’Université de Strasbourg contribuent à son rayonnement et son attractivité de façon majeure. Ce sont les prix les plus visibles mais il y en a de très nombreux autres. Pour moi, la notion de prix inclut également les lauréats à des appels à projets particuliers. Par exemple, l'European Research Concil (ERC) est un financement tellement prestigieux qu’il peut être compté parmi les prix. Quoi qu’il en soit, la gamme des possibles est telle que nous n’avons pas organisé de recensement au niveau central. Ce qui est sûr, c’est que nous avons dans nos murs des lauréats de tous niveaux et de toutes disciplines.

Y-a-t-il une politique spécifique mise en place pour favoriser l’obtention de prix ?

Pour encourager et développer la recherche, l’Université de Strasbourg a mis en place ses propres prix comme les prix de thèse, qui existent depuis très longtemps, ou encore en 2014 les prix Espoirs (lire encadré). Nous souhaitons ainsi valoriser la période de début de carrière et reconnaitre ceux dont la trajectoire est prometteuse. Deux chercheurs, après l’obtention du prix Espoirs, ont eu une bourse ERC et quatre une médaille de bronze CNRS... Par ailleurs, nous avons souhaité stimuler les candidatures aux ERC et à l’Institut universitaire de France (IUF) par une forme de parrainage dans laquelle les lauréats actuels accompagnent et relisent les dossiers des nouveaux candidats.

Avoir quatre prix Nobel en activité : un succès  dont toute la communauté strasbourgeoise  peut être fière.
Avoir quatre prix Nobel en activité : un succès
dont toute la communauté strasbourgeoise
peut être fière.

De quel prix êtes-vous la plus fière ?

Le fait que nous ayons quatre prix Nobel en activité est un succès dont toute la communauté strasbourgeoise peut être fière. En tant que vice-présidente, je me réjouis dès lors qu’un étudiant de master ou un doctorant aura eu le prix de la meilleure affiche ou gagné la finale de Ma thèse en 180 secondes. Il y a de la fraicheur, de la créativité… Les prix permettent de reconnaître tout au long de la carrière d’un chercheur ses compétences. C’est une reconnaissance qui encourage, stimule, donne de l’assurance, permet de se battre pour des défis de plus en plus importants. Avoir un prix sur son CV, surtout en début de carrière, peut faire la différence pour toute question liée à l’avenir.

Propos recueillis par Marion Riegert

Prix scientifiques Les Espoirs de l’Université de Strasbourg en chiffres

10 lauréats : chaque année, le prix Espoirs est remis à une dizaine de chercheurs de l’Université de Strasbourg (maître de conférences, chargé de recherche) à hauteur de 10 000 € pour le financement de leur recherche.

57 lauréats ont été retenus en six ans, soit 33 hommes et 24 femmes, sur 167 candidatures.

3 domaines. 15 prix Espoirs sont issus du domaine I : Droit, économie, gestion, sciences humaines et sociales, 26 du domaine II : Sciences et technologies et 16 du domaine III : Vie et santé.

Ma thèse en 180 secondes : mêm... Changer d'article  Un Musée zoologique transformé...