Communauté

Un marathon de la forme à 100 à l'heure !

Une Halle des sports bien remplie...
Une Halle des sports bien remplie... Crédit : Sabine Walter.

J’ai testé pour vous… La 13e édition du marathon de la forme s'est déroulé lundi 25 mars. Événement très attendu chaque année par de nombreux pratiquants du Service des sports (Suaps), cette édition s'est une nouvelle fois ouverte aux pratiques sportives avec deux lieux, deux ambiances : bien-être (pilates, yoga, feldenkrais, sophrologie…), au Centre sportif universitaire, et fitness, à la Halle des sports. Le Suaps a repris l’organisation du marathon cette année, en alternance un an sur deux avec les étudiants du Deust Métiers de la forme (Faculté des sciences du sport).

Habituée de longue date des cours de fitness au Suaps, cela fait maintenant plusieurs années que je participe au marathon dans sa version fitness.

Six cours de 45 min sont proposés, une séance de stretching d’une demie-heure clôturant la soirée. Nouveautés cette année : un marathon plus long – de 17 h 30 à 22 h 30 – et un espace collation à disposition.

J’arrive un peu en avance pour assister au premier cours : de la Zumba, pratique d’origine colombienne mélangeant aérobic et fitness, sur des rythmes et des chorégraphies inspirées des danses latines. Bien que la coordination entre bras et jambes n’ait jamais été mon fort, je maîtrise, ayant déjà pratiqué cette activité par le passé et connaissant l’intervenante, Joëlle, vacataire depuis l’année dernière au Suaps.

Chocolat et cuisses/abdos/fessiers

La foule s’étoffe et une amie me rejoint lorsque Julien, le prof « beau gosse » de la soirée, blessé au genou mais en forme, fait son entrée pour nous faire une préparation physique de boxe. « On va alterner des séries d’exercices de cinq minutes : on commence avec dix pompes, vingt fentes*, dix burpees* et vingt mountain climbers* ! » Le début se passe bien, jusqu’à ce que je me rende compte que trente secondes de pause entre chaque série, ça passe vite ! Il y a aussi des moments où il faut courir, activité que j’ai en horreur, ne réussissant pas à gérer mon souffle. J’arrive à tenir le rythme tant bien que mal. Je me sens même rassurée quand, vers la fin, je remarque que les deux étudiants-assistants de Julien peinent également.

Sur scène, Julien, le prof « beau gosse », et ses  étudiants-assistants.
Sur scène, Julien, le prof « beau gosse », et ses
étudiants-assistants. Crédit : Caty Massip.

On enchaîne avec le cross training, méthode de préparation physique moins intense, mêlant aussi cardio et renforcement musculaire. La halle est remplie et Hervé, enseignant au Suaps, en tenue de ville et pas vraiment le profil d'un prof de fitness, nous fait courir par groupes de deux d'un bout à l'autre de la salle. Après ces trois cours, je suis bien échauffée ! Il me faut néanmoins quelques carrés de chocolat de l’espace collation – en plus des fruits et des boissons – pour enchaîner avec la séance de CAF (cuisses/abdos/fessiers).

Pas que des femmes

19 h 45. Laurine, belle jeune femme dynamique et vacataire, comme Joëlle, monte sur scène. Quelques hommes se sont même glissés parmi les participants, ce qui prouve que le fitness n’attire pas seulement les femmes. Le cours se déroule dans une ambiance conviviale et Laurine assure le show avec une série de squats* aux sons des « up » et « down » de Moby. Je ne rencontre pas de difficultés particulières, si ce n’est un petit refroidissement à la fin lorsqu’on passe aux exercices au sol (la prochaine fois, j’emmènerai un tapis).

Retour sur des rythmes ensoleillés avec la latino dance par Kim (pas très latin comme prénom...). « Et 1 et 2 et 3 et 4 et 5 et 6 et 7 et 8… Bras en haut, bras en bas, à gauche, à droite… Et on pivote… Un step touch*, deux step-touchs ». Un vrai moulin à paroles, à tel point qu’on n’entend plus la musique, combinant bachata, salsa, cha-cha et merengue. J’apprendrai plus tard par Diane, l’une des organisatrices, qu’il s’agissait de sa première intervention et qu’elle était donc un peu stressée. Le cours se finit sur une succession de déhanchements au son de Shakira.

21 h 30. Mon amie, et accessoirement chauffeur, me fait signe et nous retournons dans les vestiaires. Je n’ai malheureusement pas pu suivre le dernier cours, du fitness rock swing, assuré par Hélène et Sandrine issues du groupe de danses de couples au Suaps, tout aussi énergiques. En sortant de la douche, je jette un œil dans le gymnase : il y a encore un peu de monde et les participants dansent à fond sur des morceaux de rock endiablés.

Alors, envie de participer l’année prochaine ?

Déborah Aubry-Thomas

* Fente : flexion d'une jambe debout ;
Burpee : position debout, flexion des jambes les mains au sol, suivi d'un lancer des pieds en arrière pour arriver en position de planche, tout en gardant les bras tendus et le dos droit, puis d'un retour des pieds pour revenir en position jambes fléchies, avant de se relever ;
Mountain climber : en position de pompe sur la pointe des pieds, on ramène les jambes l'une après l'autre sous la poitrine ;
Squat : accroupissement du corps grâce à la flexion des genoux, pieds à plat sur le sol ;
Step touch : ouverture et fermeture des jambes avec légère flexion des genoux.

Le Marathon de la forme a fait le plein

- Zumba : 70 participants
- Préparation physique de boxe : 110 participants
- Cross training : 120 participants
- CAF : 90 participants
- 40 participants en fin de soirée
- 50 participants en moyenne aux cours de bien-être

Et aussi : tout au long de l'année, le Suaps organise des nuits spéciales dédiées à de nombreux sports : nuits de l'escalade, du badminton, de la danse, du handball, du volley... ou encore tournoi tutti sports et gala de boxe  !

Infos DRH Changer d'article  Courez, marchez, sous les coul...