Focus

Plantago, jeune pousse en croissance

Fiona Delhaye (secrétaire), Manon Edo (présidente) et Morgane Thomas (vice-présidente en charge des projets).
Fiona Delhaye (secrétaire), Manon Edo
(présidente) et Morgane Thomas (vice-
présidente en charge des projets).

Créée en 2015, l’association du master Plantes, environnement et génie écologique (PENGE)* ne manque pas de projets. Et c’est encore les membres de son bureau qui en parlent le mieux !

La sève neuve…

« Plantago a seulement quatre ans. On y retrouve des étudiants de première et deuxième année de master, mais aussi des anciens élèves, dont certains sont à l’origine de l’association », expliquent Manon, Fiona et Morgane, respectivement présidente, secrétaire et vice-présidente en charge des projets de Plantago. Le sang neuf, ou plutôt la sève neuve apportée par ces jeunes recrues, pleines de motivation et d’idées, se mêlent à l’expérience des membres plus anciens. « Ça permet de voir aboutir certains projets imaginés il y a quelques années. On sait aussi qu’on sème aujourd’hui pour permettre à nos successeurs de récolter », avance Morgane.
« C’est comme un train dans lequel on serait un wagon : il y en a eu d’autres avant nous, et d’autres viendront ensuite », illustre Manon.

… d’une plante à triple ramification…

Pour utiliser une autre métaphore, davantage en lien avec les activités de l’association : si l’on considère Plantago comme un arbre, ses activités se déploient en trois branches. La première : favoriser l’insertion professionnelle des jeunes pousses. Les activités mises en place par Plantago permettent aux étudiants qui s’investissent d’acquérir des compétences extra-universitaires : « On prend conscience qu’on sait faire des choses, et qu’on sait des choses, par exemple en médiation scientifique », estime Manon. Deuxième pilier : améliorer la cohésion entre étudiants, et avec les enseignants-chercheurs. En témoigne la trentaine d’étudiants membres et les quatre enseignants-chercheurs à leurs côtés. Enfin, troisième branche : la promotion de la botanique, de l’environnement et de l’écologie auprès du grand public.

Des membres de l'association lors de la dernière Fête de la science.
Des membres de l'association lors de la
dernière Fête de la science.

… aux projets foisonnants !

Emanant des branches, des feuilles en pagaille, soit autant de projets. Parmi ceux « qui roulent » et seront reconduits l’année prochaine, la participation à la Fête de la science, ou encore au Végéday (journée de la biologie végétale, ouverte à tous, organisée par les enseignants du master). Lors de ces deux rendez-vous, les membres de Plantago présentent des expériences simples et ludiques, mettant en scène des plantes. Exemple : « La colorisation des pétales blancs d’une fleur, obtenue en plongeant la tige dans un liquide coloré. Ça impressionne toujours ! » Sur le blog, une plante est présentée chaque mois aux fidèles lecteurs, à grand renfort de textes et d’illustrations.
En germe : une manifestation autour de l’eau au Vaisseau, pour les scolaires ; un sentier pour apprendre à distinguer les végétaux du campus. « On souhaite aussi ouvrir l’association aux autres parcours du master, et pourquoi pas se joindre à la prochaine Semaine de l’environnement. » Autre projet qui tient à cœur à Morgane : « La culture in vitro de plantes : on peut très simplement créer de nouvelles plantes à partir de l’échantillon d’une autre, donc les multiplier ! On aimerait le faire avec des aloe vera pour commencer. » Objectif : vendre quelques kits pour enfin doter l’association d’un budget. « Nous sommes en train de nous constituer en association étudiante, ajoute Fiona. Ça va nous aider à lever des freins pour nos actions ! » A suivre…

Elsa Collobert

* L'un des trois parcours du master Biologie et valorisation des plantes (Faculté des sciences de la vie)

Réfléchir à l'impact de son ac... Changer d'article  « Environnement(s) », thématiq...