Université

Chronique d'une reconversion réussie

Branca Flor Primeiro dans son cadre de travail, à Télécom physique Strasbourg.
Branca Flor Primeiro dans son cadre de travail,
à Télécom physique Strasbourg.

La vie n’est pas toujours simple. Et parfois un accident ou de sévères problèmes de santé peuvent contraindre à renoncer à un métier, à des fonctions. Il faut alors entrer dans un parcours de reconversion professionnelle. C’est l’histoire de Branca Flor Primeiro.

Depuis février dernier, Branca Flor Primeiro assure l’accueil de Télécom physique Strasbourg au pôle API, à Illkirch. Ce n’est pas un poste définitif, elle l’occupe dans le cadre d’une immersion, mise en place dans son parcours de reconversion professionnelle.
Branca Flor Primeiro a été agent d’entretien à la Faculté de pharmacie pendant seize ans. D’abord contractuelle, elle a été titularisée en 2005. C’était un poste exigeant, avec une charge de travail importante. « A partir de 2008, j’ai commencé à avoir des problèmes de dos, de plus en plus sévères. J’alternais des arrêts maladie et des périodes de reprise du travail. Ma direction a diminué mes tâches pour essayer d’améliorer la situation. Mais j’avais quand même de plus en plus mal et j’ai commencé aussi à avoir mal à un bras. »  Après un long et douloureux parcours, Branca Flor est déclarée inapte pour ce poste par le comité médical, en septembre 2019. Se pose immédiatement pour elle la question de la suite : que faire pour poursuivre une vie professionnelle dans ces circonstances ?
Elle contacte alors le Réseau handicap et travail de l’université, qui l’oriente vers le Bureau des carrières de la Direction des ressources humaines (DRH). C’est Laetitia Felder, chargée de carrière, qui va l’accompagner dans un processus de reconversion, encore en cours. « Quand l’inaptitude tombe, c’est un peu comme un couperet, explique-t-elle. Il faut que la personne fasse le deuil d’un métier, qu’elle pouvait apprécier, et arrive à se projeter dans d’autres missions qui peuvent lui convenir, tout en respectant les préconisations du médecin du travail. C’est lui qui suit l’évolution des impacts de sa santé sur sa vie professionnelle. »

L’accueil, ça n’a rien de monotone !

« Au départ, l’accueil, je n’étais pas sûre que cela pourrait me plaire car j’avais la vision d’une personne assise derrière un guichet, et de tâches assez monotones. Mais j’ai quand même accepté de tester car je voulais vraiment qu’on trouve une solution ». D’abord en immersion professionnelle à l’accueil de l’espace Saint-Georges, Branca Flor prend conscience que les tâches sont assez variées. Et surtout, qu’elle adore le contact avec les gens. En février, on lui propose de faire un remplacement à l’accueil du pôle API (Télécom physique Strasbourg). En plus des missions traditionnelles d’accueil physique et téléphonique, elle s’occupe du courrier, de la réception des colis, de la plastification d’affiches ou de documents et même d’arroser les fleurs. « C’est tout sauf monotone », déclare-t-elle, ravie. Sa période d’immersion se termine le 30 septembre, et le parcours de reconversion fin décembre. Elle bénéficiera d’ici là d’ateliers pédagogiques personnalisés (des formations sur mesure pour lui permettre d’acquérir des compétences nécessaires pour ce nouveau métier : numérique et maitrise du français à l’écrit, la concernant). L’accompagnement de Branca Flor se poursuivra jusqu’à une affectation sur un poste pour exercer ce nouveau métier, et même au-delà de sa prise de fonction. « Je sais comment je finirai ma carrière, maintenant. J’espère travailler le plus longtemps possible, conclut celle-ci, qui souligne la qualité de l’accompagnement dont elle a bénéficié de la part de la DRH, mais aussi de son encadrant à l’accueil du pôle API.

Caroline Laplane

Les outils numériques pour vou... Changer d'article  Appels à projets