Communauté universitaire
Communauté universitaire

Myriam et Maëlis, aventurières des temps modernes

L'équipe Sacré Numé’Raid au complet : Myriam (au premier plan), Maëlis (à droite), Virginie et la 205.

Embarquer 100 kg de fournitures scolaires dans leur 205, à destination d’écoles des Balkans. C’est le pari un peu fou que se sont lancées deux amies bretonnes, exilées pour leurs études à Strasbourg. L’inséparable duo, formé en classe prépa, à Brest, est en fait un trio : Virginie, Nancéenne d’adoption, est aussi de l’aventure.

Plusieurs milliers de kilomètres séparent Nantes de Bucarest. L’un des chins pour s’y rendre passe par Strasbourg. Le parcours d’Europ’Raid 2017 n’y prévoit pas d’escale. C’est pourtant dans la capitale européenne que Myriam, Maëlis et Virginie, originaires de la pointe occidentale du continent, ont eu l’idée de participer à cette équipée vers l’est.
« Ce raid, on en a eu vent par un ami commun », expliquent Myriam et Maëlis, qui ont fait étape à Strasbourg pour leurs études. Réunies en classe prépa à Brest, les amies prennent une orientation différente − Faculté de sciences économiques pour Myriam, Ecole de management (EM)-Strasbourg pour Maëlis et école de commerce à Nancy pour Virginie −, mais un heureux hasard les rassemble tout de même dans l’Est de la France.

« Les mains dans le cambouis »

Au programme du prochain été du trio : 23 jours de voyage, 10 000 km à parcourir, 20 pays et 10 capitales à traverser. Départ prévu le 23 juillet.
Avant de s’aligner sur la ligne de départ au côté des 154 autres équipages, une première course a commencé pour les trois étudiantes de 22 ans. « Nous devons rassembler assez de sponsors pour financer carburant, frais d’inscription, supports de communication, assurance… 4 250 € au total. »
Leur voiture, une Peugeot 205 (dénominateur commun de tous les équipages du raid), elles l’ont déjà. C’est celle de Myriam, la mécano du groupe, à l’origine du défi. « Avec mon père, j’ai toujours aimé mettre les mains dans le cambouis. À Strasbourg, je me suis plutôt fait la main sur les vélos ! » Myriam compte bien faire de ses compétences techniques un atout lors de la compétition. D’ores et déjà, « mon expérience de création de start-up lors de ma précédente année de licence m’a beaucoup servi. À la fois pour monter notre dossier de partenariat et pour créer notre association, Sacré Numé’Raid ».

Engagement pour l’Europe

Côté communication, Maëlis et Virginie ont toutes les cartes en main grâce à leurs parcours en école de commerce. « On est très complémentaires, analyse Maëlis, que sa fonction de community manager au sein du bureau des arts (BDA) de l’EM a naturellement désignée pour prendre en main la partie numérique. « On a déjà une page web et un compte Facebook. On s’est déjà engagées à envoyer une carte postale à chaque 50e "like". On aimerait aussi poster régulièrement des vidéos lors du raid, façon carnet de voyage, et pourquoi pas créer un compte Snapchat », imagine celle que ses coéquipières surnomment « le troubadour de la bande ».
À Strasbourg, c’est surtout leurs talents culinaires qui ont été mis à contribution : une vente de caramel au beurre salé et crêpes sur le marché du boulevard de la Marne, ainsi qu’un brunch breton organisé à l’EM, leur ont mis le pied à l’étrier. « On compte beaucoup sur le concert qu’on organise en juin, à Rennes. » La Bretagne, où elles ont conservé leurs attaches, est le territoire sur lequel elles comptent le plus pour leur levée de fonds : « Notre réseau familial et amical y est plus développé qu’à Strasbourg, et comme on y rentre chaque vacances, on peut plus facilement y démarcher. » Sans compter qu’Europ’Raid, dont la 4e édition prend le départ de Nantes, est bien plus implanté dans l’Ouest, comme en atteste la carte de répartition des équipages. Côté partenaires des Sacrés Numé’Raid, la preuve est là aussi : un garage, un café, un vendeur de produits bretons, un opticien ou encore une entreprise du bâtiment, tous finistériens, ont pour le moment répondu à l’appel.
Au-delà du challenge de la levée de fonds et des compétences que l’aventure peut leur permettre d’affirmer, Myriam, Maëlis et Virginie y voient l’occasion de donner corps à leur attachement à l’Europe. « En ralliant la Roumanie, la Bulgarie et la Bosnie pour aider des écoles démunies, on s’engage à renforcer la confiance européenne, par le biais de la coopération. » Myriam et Maëlis en sont convaincues : « Le gain et la découverte que nous apporteront cette expérience sera mutuel, car nous aurons des échanges sur place avec la population. L’Europe est une mosaïque que nous souhaitons mieux connaître. » Myriam cite encore la phrase d’un entrepreneur, partenaire de Sacré Num’Raid, qui l’a marquée : « La 205 a sauvé Peugeot. Espérons que la jeunesse sauvera l’Europe ».

Elsa Collobert

Sacré Numé'Raid : la vidéo 60 secondes (ou presque) UTV

Communauté universitaire

Hugues Dreyssé nouveau médiateur de l’université

Hugues Dreyssé est le nouveau médiateur de l'université.

Le directeur du Jardin des sciences a pris la suite de Richard Kleinschmager au poste de médiateur de l’université.

Cette fonction de médiateur a été créée en 2007 à l’Université Louis-Pasteur (ULP), « recréée » en octobre 2009 dans le cadre de l’Université de Strasbourg. Richard Kleinschmager, professeur et ancien premier vice-président de l'ULP, l’occupait depuis 2010.
Tension avec la hiérarchie, sentiment d’injustice concernant la rémunération ou la place dans l’organigramme, contestation des notes obtenues à un examen… Pour toutes ces questions, le médiateur peut être saisi, tant par les étudiants, que par les personnels administratifs (Biatss) et les enseignants-chercheurs.

  • Sur l’ENT : Vie de l’université/Fonctionnement-Services-Projets/Fonctionnement de l’université/Médiateur de l’université
  • Contact : Hugues Dreyssé / 03 68 85 05 37

Communauté universitaire

Le nouveau président de l’Association des directeurs d’IUT élu à Illkirch

Rodolphe Dalle (à gauche) succède à Bernard Lickel à la tête de l'Association des directeurs des IUT de France (Aduit).

Rodolphe Dalle, directeur de l’IUT de Nantes, a été élu président de l’Association des directeurs des IUT de France (Aduit) lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée du 10 au 12 mai, à l’IUT Robert-Schuman d’Illkirch.

Il succède à Bernard Lickel, directeur de l’IUT Robert-Schuman. Dans la nouvelle équipe figure Alexandra Knaebel, directrice de l’IUT Louis-Pasteur de Schiltigheim, en tant que vice-présidente Partenariats en charge de la Commission recherche, innovation et transfert de technologie.
La nouvelle équipe élue autour de Rodolphe Dalle s’inscrit dans la continuité du bureau précédent pour représenter les IUT et affirmer leur position dans le paysage universitaire, tout en continuant de structurer le réseau des IUT et de développer ses forces. Les enjeux qui se dessinent sont clairement identifiés. Ils seront notamment déclinés à travers les 50 propositions d’avenir qui ont été remises à la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et à son secrétaire d’Etat lors de la cérémonie des 50 ans des IUT, qui s’est déroulée en décembre 2016 à la Cité des sciences de La Villette.
Parmi ces propositions d’avenir figure notamment le nouveau parcours technologique de grade de licence garantissant aux étudiants ayant validé leur DUT l’accès à une licence professionnelle du réseau IUT, un parcours qui sera ouvert dès la rentrée de septembre 2017 à titre expérimental dans 70 départements de formation (répartis dans 50 IUT en France). Il permettra de répondre aux besoins croissants des branches professionnelles en cadres intermédiaires, tout en garantissant à tout étudiant en IUT l’accès au grade de licence.

Communauté universitaire

Du nouveau dans la stratégie de gestion des ressources humaines en recherche

Depuis janvier 2016, l’Université de Strasbourg s’est engagée dans une démarche d’obtention du label européen "HR Excellence in Research" (lire dans L'Actu du 27 mai 2016). Un plan d’action vient d’être validé par l’ensemble des instances politiques de l’université et envoyé à la Commission européenne, le 15 mai 2017. S’il convainc, l’université rejoindra les sept établissements français détenteurs du label.

La stratégie de gestion des ressources humaines en recherche (HRS4R) a pour objectif de généraliser les bonnes pratiques en termes de recherche, de recrutement, de conditions de travail et de formation des chercheurs, en accord avec des préconisations proposées par l’Union européenne. En ligne de mire pour l’Union européenne et pour l’Université de Strasbourg, favoriser les échanges, la mobilité et améliorer le bien-être et l’épanouissement professionnel de l’ensemble de la communauté scientifique.
Lorsqu’une université s’engage dans ce processus de longue haleine et qu’elle offre des garanties, l’UE lui délivre un label. En dix-huit mois, plusieurs étapes de travail ont déjà été franchies :

- l’envoi d’une lettre d’engagement à la Commission européenne pour signifier notre adhésion à la démarche ; - l’état des lieux ou l’analyse interne des pratiques actuelles en place à l’Université de Strasbourg. Quatre grands champs ont été passés au crible : les aspects éthiques et professionnels du métier de chercheur, le recrutement, les conditions de travail et de sécurité sociale et enfin la formation, soit pas moins de quarante préconisations au total ;
- la rédaction d'un plan d’action en réponse aux conclusions de cet état des lieux et sa validation par la gouvernance de l’Unistra ;
- l'envoi du dossier de reconnaissance de notre démarche et la publication du plan d’action sur notre site internet.
Prochaine étape, le retour de la Commission européenne et l’obtention du label. Il s’agira ensuite de mettre en œuvre le plan tel que proposé. Des évaluations régulières auront lieu, en interne et en externe, pour s’assurer de la réussite de la démarche.

Communauté universitaire

Validation des acquis de l'expérience : la campagne est ouverte

La campagne Validation des acquis de l'expérience (VAE) pour le deuxième semestre 2017 a été lancée le 9 mai.

Les dossiers de demande de financement du coût de l'accompagnement VAE sont à déposer au plus tard le 13 octobre 2017 auprès du Bureau de la formation continue.

Communauté universitaire

Prestation coaching : encore quelques jours pour s’inscrire

Réservée aux diplômés et anciens personnels de l’Université de Strasbourg, la prestation coaching proposée par le Service relations Alumni balaye le thème large de l’« Accompagnement individuel emploi – reconversion professionnelle et entreprenariat ». Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 31 mai.

Le but est de proposer un accompagnement individuel à l'emploi de deux à cinq heures par des professionnels.
L'accompagnement peut se faire en entretien face à face, par téléphone ou Skype, en français et en anglais.
Cet accompagnement est destiné aux personnes en difficulté dans leur recherche d’emploi, en réflexion quant à une reconversion professionnelle et/ou en réflexion quant à une création d'entreprise.

Communauté universitaire

Préparation aux concours A à temps réduit à partir de la rentrée 2017

Dans le cadre du plan de formation des personnels, différentes sessions de préparation aux concours de la Fonction publique sont proposées.

L'une d'entre elles, la préparation aux concours A à temps réduit, dispensée par l'Institut de préparation à l'administration générale (Ipag), concerne les agents titulaires ou non, qui souhaitent se préparer aux différentes épreuves d'admissibilité et d'admission des concours administratifs externes ou internes de catégorie A. La formation se déroule chaque jeudi, de 9 h à 18 h, de la mi-septembre à fin mars.
Les candidatures à cette formation seront ouvertes à compter du 9 mai 2017.

Communauté universitaire

Le Jardin botanique illuminé et autres découvertes à l’occasion de la Nuit des musées

Un programme spécial a été concocté par l’équipe du jardin à l’occasion de l’événement européen. De nombreux rendez-vous sont par ailleurs proposés aux quatre coins du campus, ainsi qu’à Strasbourg.

L’exposition « Sismo Strasbourg » et l’œuvre Teiten au Musée de sismologie (19h-00h), le Musée de minéralogie, l’herbier de l’université, la grande coupole de l’Observatoire astronomique, la collection de moulages du musée Adolf-Michaelis, l’Institut d’anatomie de l’Hôpital civil : tous se dévoilent à la nuit tombée, samedi 20 mai, entre 19 h et minuit (horaires variables, à consulter).
Qu’il s’agisse de visites libres, d’une mini-conférence, d’observations, d’un atelier « Code secret des minéraux », d’un parcours « 5 sens » ou d’un atelier kamishibaï, les approches sont multiples.
Insolite, le poisson flûte et le gypaète barbu se laissent approcher au Musée zoologique, à travers les travaux d’élèves participants à l’opération « La classe, l’œuvre », où un quatuor de saxophone se produit à partir de 22 h.
Côté Jardin botanique, préparez-vous à un voyage visuel et sonore : éclairage et sonorisation de la serre tropicale, éclairage exceptionnel de la parcelle des plantes utilisées par l’homme, contes d’ici et d’ailleurs à proximité de la serre de Barry (à 20 h, 21 h 30 et 23 h) sont au programme de 19 h 30 à minuit. À cette occasion, la nouvelle signalétique de la parcelle des plantes utilisées par l’homme sera dévoilée. Le programme se poursuit le lendemain, avec notamment une vente de plantes et des conseils dispensés par les jardiniers.

Communauté universitaire

Le site historique des Hôpitaux universitaires de Strasbourg : une ville dans la ville

La Faculté de médecine, le Jardin des sciences et de Service pour la promotion de l'action sociale (Spacs) organisent deux visites guidées du site historique des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS).

Proposées mardi 6 et jeudi 8 juin, ces visites guidées gratuites se déroulent de 12 h 30 à 13 h 30, au départ de la place de l'Hôpital. Venez découvrir l'histoire urbaine et les traductions architecturales du lien tissé entre hôpital et université. Cette visite est proposée par la faculté de médecine et le Jardin des sciences.

  • Sur inscription par courriel (pour les agents Unistra) ou téléphone au 03 68 85 19 85 (pour les agents du CNRS). Préciser nom, prénom, service, appartenance (Unistra, CNRS, UHA...) et fournir en pièce jointe un justificatif d'appartenance actualisé