Université, composantes et services
Université, composantes et services

Psychologie : Eva Louvet hérite d’une faculté « en bon ordre de marche »

Après deux mandats, Christian Kelche a cédé sa place de doyen à Eva Louvet à la tête de la Faculté de psychologie. Ils évoquent ensemble les exigences (plus ou moins formelles !) de la fonction, et la transmission de relais effectuée de l’un à l’autre.

Eva Louvet a pris ses fonctions de nouveau doyen le 1er septembre dernier. Comment s’est passée la transmission ?
Eva Louvet :
Plutôt bien, puisqu’en tant que responsable de master, responsable de la commission enseignement, et membre du conseil de faculté depuis de nombreuses années, j’ai déjà eu l’occasion de participer activement à des questions qui relèvent de la gestion d’une composante.
Christian Kelche : Nous avons l’avantage de nous connaître depuis longtemps. Je suis à la disposition d’Eva pour répondre à ses interrogations.
E. L. : Et elles sont nombreuses ! De la demande d’une association étudiante d’occuper les locaux jusqu’à 22 heures à une sollicitation pour une fuite au sous-sol : on ne s’attend pas forcément à ça !

Comment envisagez-vous la fonction de doyen ? Pourquoi choisit-on de l’endosser ?
C.K. :
Nous avons des parcours différents et cette complémentarité a déjà été utile par le passé. Je ne suis pas enseignant-chercheur, mais directeur de recherche CNRS, ancien directeur d’UMR et directeur-adjoint aujourd’hui. Sa spécialité, c’est l’enseignement. Elle aura donc à faire l’apprentissage de tout le côté relationnel et politique. On s’y forme sur le tas. Je vois aussi le doyen comme un conciliateur, notamment en matière de relations humaines ou de répartition des locaux.
E.L. : Ce qui nous réunit, c’est l’envie de s’investir pour la communauté, de suivre les dossiers au plus près, et je suis consciente que cette nouvelle charge sera lourde. Cependant, j’ai fait le choix de maintenir ma charge d’enseignement annuelle à 192 heures, et je ne souhaite pas non plus diminuer mon activité de recherche, même si je passe le relais pour la direction de mon laboratoire (Psychologie des cognitions). Heureusement, je vais pouvoir m’appuyer sur notre vice-doyenne, Anne Thevennot, avec qui je travaille depuis 20 ans. La savoir à mes côtés m’a décidée au moment de me porter candidate. Je peux aussi compter sur les personnels administratifs (responsables administrative de composante et de scolarité, gestionnaires) pour m’épauler sur les sujets dont je ne suis pas spécialiste.

Nous évoquions dans L’Actu en 2012 l’engouement des étudiants pour votre discipline, ce qui n’est pas sans poser question en première année. La problématique est-elle toujours la même ?
C.K. :
Nous avons mis en place en 2012 un contingentement à 650 places en licence 1 (L1), mais nous restons confrontés aux mêmes difficultés. Nous ne sommes pas en mesure de leur offrir assez d’heures de cours, et quasiment aucun TD disciplinaire.
E.L. : Nous avons beau leur présenter les chiffres à la rentrée – taux de réussite proche de zéro pour les baccalauréats professionnels, seulement 20 % de diplômés en fin de parcours (master) − nous faisons chaque année le même constat désarmant : un engouement pour la psychologie, et beaucoup de déceptions par la suite.
C.K. : Être confronté à l’absence de projets chez certains jeunes : cela fait partie des plus mauvais côtés de mes dix ans de décanat. J’en garde une grande tristesse.

Quid, alors, de la sélection en master ?
E.L. :
Nous l’appliquons depuis cette rentrée, à l’entrée en master 1 pour la plupart de nos spécialités. Nous avons mené une enquête en L3 avec 90 % de répondants, qui a montré que la plupart des étudiants sont favorables à cette sélection. Par ailleurs, une analyse quantitative sur les parcours des étudiants de la L1 au master démontre que le « déclic » est très rare : les bons étudiants en licence réussiront en master. Mais motivation et projet doivent aussi être pris en compte.

Quels sont les « gros chantiers » dont Eva Louvet hérite ?
E.L. :
En ce moment, nous sommes très occupés par la construction de notre nouvelle offre de formation, et bien entendu la question de la sélection en master. Les dossiers relatifs à l’évaluation des formations et enseignement par les étudiants, ou encore celui du contrôle continu intégral, que j’ai suivis ces dernières années, restent également d’actualité. Je vais aussi suivre de près le déménagement de la bibliothèque de psychologie et sciences de l’éducation vers le futur Studium et les projets liés à l’utilisation des locaux ainsi libérés.
C.K. : Ces dernières années, de gros chantiers ont abouti : création d’une plate-forme expérimentale avec salles d’analyse et d’entretien (photo), reconversion du pavillon en quatre salles de cours, équipement des salles de cours en matériel informatique, construction d’une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite, rénovation de la scolarité et de toutes les toilettes.
E.L. :
Tu me laisses une faculté "en bon ordre de marche" !

Recueilli par Elsa Collobert

Université, composantes et services

La pointe de la technologie pour numériser les documents patrimoniaux

Laurent Vila, Régine Tournay, Lucie Le Gouas-Wald, en charge de la bibliothèque numérique

Déjà 3 500 ouvrages, 117 cartes anciennes, 1 500 photographies et 2 000 pièces de monnaies numérisés, des milliers d’autres en passe de l’être : le patrimoine documentaire de l’Université de Strasbourg méritait bien un scanner nouvelle génération pour sa valorisation et sa conservation !

Livré en octobre dernier, ce matériel à la pointe de la technologie – et qui plus est fabriqué en France ! – est désormais opérationnel. Les quatre personnes affectées à la bibliothèque numérique patrimoniale au sein du Service conservation et valorisation du Département des collections du Service commun de la documentation (SCD)*, en sus de leurs autres responsabilités, ont été formées tout récemment à son utilisation.
« Ce scanner va nous servir à poursuivre le travail de numérisation de nos collections, dans un but à la fois de valorisation et de préservation, expose Laurent Vila, responsable de la bibliothèque numérique. À rebours d’une stratégie massive de numérisation, l’idée est de mener des opérations concertées avec les enseignants-chercheurs, concernant notamment les livres d’une grande valeur scientifique ou ayant appartenu à de grands noms de notre université. « L’intérêt de ces derniers réside alors plus dans les notes manuscrites de Frédéric-Louis Hammer, Adolf Michaelis ou Jean Hermann, que dans le contenu imprimé. »

25 000 plaques de verre à numériser

Le service Ebooks on demand est une autre application importante du matériel de numérisation : « C’est un service payant qui permet à tous de demander la numérisation complète d’un ouvrage tombé dans le domaine public », explique Lucie Le Gouas-Wald, opératrice de numérisation. La bibliothèque de l’Unistra a été l’une des premières en France à proposer ce service.
Futur gros chantier à venir : celui de la numérisation des quelque 25 000 plaques de verre conservées au Palais universitaire et datant de la fin du 19e siècle à la Seconde Guerre mondiale. « Là encore, un travail qui ne se réduit pas à de la numérisation pure et simple : des chercheurs et étudiants en histoire de l’art sont associés pour légender les images et les replacer dans leur contexte historique. » Avec l’idée de renouer avec la vocation pédagogique initiale de ces supports, ancêtres des diapositives.
« Avec ce nouveau matériel, on gagne aussi en ergonomie, apprécie Régine Tournay, également opératrice de numérisation. Désormais, le plateau vient automatiquement ajuster la pression de la vitre contre l’ouvrage : on n’a plus à le faire à la main ! » Eclairage par LED sans préchauffage et bruit atténué font aussi partie des gains non négligeables pour ses utilisateurs.
L’acquisition de ce nouveau matériel, pour un montant de 60 000 €, permet de donner corps au Schéma directeur de la documentation-Alsace (SDDA), dans le cadre duquel il a été acquis : l’ancien scanner a rejoint le site de l’Université de Haute-Alsace à Mulhouse, établissement associé à travers le contrat de site, à l’échelle duquel se déploie le SDDA.

* Nicole Heyd, Laurent Vila, Lucie Le Gouas-Wald et Régine Tournay, sous la direction de Georges Gressot

Université, composantes et services

Le nouveau scanner du Service commun de la documentation en images

Université, composantes et services

Phase finale pour les travaux à la Faculté de géographie et d’aménagement

Un bardage isolant extérieur va être posé sur la façade est de la faculté

Mise en sécurité, mise en accessibilité et rénovation énergétique : la vaste opération immobilière concernant le bâtiment du 3 rue de l’Argonne poursuit cette triple ambition. Le point sur ce dossier aux multiples rebondissements avec Daniel Jolivalt et Philippe Waldhart, de la Direction du patrimoine immobilier (DPI).

« Tous les travaux impactants devraient se dérouler en site non occupé », formule Daniel Jolivalt, directeur de la DPI. C’était le scénario retenu pour les travaux à la Faculté de géographie et d’aménagement, dont les 50 personnels et 400 étudiants occupent originellement les 4 300 m2 du 3 rue de l’Argonne, du côté de l’avenue de la Forêt-Noire. « Nous devions débuter les travaux de désamiantage en mai dernier, puis réaliser le gros des travaux de démolition en juin et juillet », détaille Philippe Waldhart, chargé du projet au sein de la DPI. Mais il s’avère vite que ce calendrier ne pourra être tenu. Manquements de l’entreprise chargée du désamiantage, mise au jour tardive d’amiante et de présence de plomb sur différents supports, structures non protégées au feu, chape d’effritant sous carrelage, renforcement de la structure nécessaire lors de la démolition de certaines zones : autant d’éléments impossibles à détecter lors du pré-diagnostic… Les agents de la DPI sont allés de déconvenue en déconvenue avec ces contraintes se surajoutant au fil du chantier. « Avec un planning dès l’origine contraint, les délais n’ont donc logiquement pas pu être tenus », souligne Daniel Jolivalt.

Isolation par l'extérieur sur la façade Est

Les étudiants géographes continuent aujourd’hui à suivre leurs cours dans d’autres bâtiments – « une relocalisation prévue dès l’origine du projet et concertée avec les responsables de scolarité, qui a dû être prolongée », précise Philippe Waldhart. Quant aux personnels administratifs de la faculté, ils ont vu leur bail provisoire dans l’ancien Institut national des études territoriales (Inet) de la rue de la Fonderie prolongé. La période de travaux de réaménagement du bâtiment touchant à sa fin début janvier, « un tuilage aura lieu à ce moment-là, ces locaux étant récupérés par une partie du personnel du Service commun de la documentation (SCD), une fois les portes de la bibliothèque Blaise-Pascal fermées pour démolition*. Les entreprises prestataires ont donc été priées de mettre les bouchées doubles, travaillant en heures supplémentaires pour finir dans les délais. »
« Toutes les fenêtres de la façade Est de la Faculté de géographie sont en train d’être changées », précise encore Philippe Waldhart. Les mosaïques bleues vieillissantes et les conduites d’aération, remontant à l’époque où ce bâtiment des années 1960 abritait la Faculté de pharmacie, doivent céder la place à une nouvelle façade revêtue d’une isolation par l’extérieur. À la clé, des économies d’énergie de l’ordre de 22 % pour la première façade (50 % lorsque la seconde sera faite). Les travaux, d’un montant total de 1,8 millions d’euros, sont financés par l’État (930 000 euros), le reste par l’établissement.

* Lire aussi l’article sur la fermeture prochaine de la bibliothèque universitaire Blaise-Pascal

Université, composantes et services

Le service Validation des acquis de l’expérience (VAE) rejoint la Meinau

La directrice du service VAE, Danielle Haug, entourée d'une partie des membres de l'équipe

Le service Validation des acquis de l’expérience (VAE) de l’Université de Strasbourg vient de rejoindre ses nouveaux locaux, 17 rue du Maréchal-Lefebvre, sur le campus de la Meinau.

Il se rapproche ainsi d’autres équipes de l’université œuvrant pour la formation tout au long de la vie, le Service formation continue (SFC), l’Institut de développement et d'innovations pédagogiques (Idip), l’École supérieure du professorat et de l’éducation (Espé), mais aussi d’un partenaire poursuivant ce même objectif, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) Alsace.
La soirée d’inauguration du mardi 29 novembre a été l’occasion pour le président par intérim, Michel Deneken, de souligner le dynamisme et l’esprit d’innovation de l’équipe du service VAE. Les membres de la direction de l’Unistra et les invités ont pu visiter les bureaux, ainsi que la toute nouvelle salle dédiée à l'organisation des jurys et des ateliers d'accompagnement collectif. Ils ont aussi pu découvrir la plateforme d’accompagnement à distance m-VAE, un nouvel outil numérique élaboré par le service VAE. En 2016, le service aura organisé 66 jurys dans tous les domaines disciplinaires, principalement en vue de la délivrance de masters.

Université, composantes et services

La nouvelle promotion du Programme doctoral international a fait sa rentrée

32 doctorants sélectionnés en contrat Idex ou en cotutelle et venant de vingt pays différents ont participé à cet évènement

Les journées de rentrée de la nouvelle promotion du Programme doctoral international se sont déroulées du mercredi 23 au vendredi 25 novembre, au Collège doctoral européen.

Le coup d’envoi a été donné mercredi soir avec la conférence ouverte à tous les doctorants, "A peek into the Council of Europe", organisée par Anil Ufuk Batmaz, Rodolphe Combe et Anu Kundu, membres de la promotion Linus Pauling (2015). Ces journées ont offert l'occasion aux doctorants d’échanger avec les diplômés des promotions précédentes. Le nom de la promotion 2016, "Malala" (prix Nobel de la paix 2014), a été choisi par les étudiants.

Université, composantes et services

De nouveaux locaux pour Sciences po Strasbourg

Le 24 novembre, en présence de Roland Ries, maire de Strasbourg, de Michel Deneken, président par intérim de l’Université de Strasbourg, de Nicolas Matt, vice-président de l’Eurométropole, et de représentants du département et de la région, Gabriel Eckert, directeur de l’Institut d'études politiques, a inauguré l’Espace Schoepflin. Crédits : Sciences po Strasbourg

Avec ses nouveaux locaux rue de la Fonderie, Sciences po Strasbourg offre un nouvel espace de près de 1600 m2 à ses étudiants, personnels enseignants-chercheurs et administratifs.

Près de 200 étudiants de master en administration publique, sciences politiques et en prépa ENA et Institut national des études territoriales (Inet) étudient dans l’ancien bâtiment de l’Inet depuis cette rentrée, à l’Espace Schoepflin, premier siège d’Arte.
L’emménagement dans ce bâtiment souligne la coopération de Sciences Po Strasbourg avec la ville de Strasbourg, propriétaire des locaux.
Avec la Villa Knopf (rue Schiller), Sciences Po Strasbourg est désormais présent sur trois sites, y compris en centre ville grâce à ces locaux de la rue de la Fonderie.
L’occupation des lieux par Sciences Po Strasbourg devrait être transitoire, grâce à la reprise du chantier du Pôle européen d’administration publique (Paps-PCPI), qui permet de prévoir une entrée dans les nouveaux locaux en 2019.

Université, composantes et services

ECPM : une cérémonie de remise des diplômes particulière

Crédit photos : ECPM/Nicolas Busser

La remise de diplômes de l’École européenne de chimie, polymères et matériaux (ECPM), qui a lieu chaque année le dernier samedi de novembre, avait un goût particulier, cette année. L’école accueillait, en effet, le 26 novembre, l'un de ses plus prestigieux diplômés, en la personne de Jean-Pierre Sauvage, prix Nobel de chimie 2016 et diplômé de l’École nationale de chimie de Strasbourg en 1967.

Celui-ci a remis son prix au major de promotion en compagnie de Pierre Burelli, président de Dow France, le partenaire industriel privilégié de l’école, et a offert à un public studieux la primeur de la conférence qu’il tiendra le 10 décembre, à Stockholm, devant l’assemblée du prix Nobel. Pour clore la cérémonie, le diplômé de la promotion J.A Hedvall s’est prêté au jeu du traditionnel lancer de l’écharpe en compagnie de ses cadets de la promotion Amedeo Avogadro.

Université, composantes et services

Réunions institutionnelles : calendrier 2016

 Décembre  Janvier
Conseil académique
14 h - Mardi
 /  /
Congrès
14 h - Mardi
 /  17
Conseil d'administration - CA
14 h - Mardi
 1er*-13-15*  31
Commission de la formation et de la vie universitaire - CFVU
14 h - Mardi
 6  24
Commission de la recherche - CR
14 h 30 - Mercredi
 /  25
Conférence des directeurs de composantes
14 h 30 - Mardi
 /  10
Conférence des directeurs des unités de recherche
10 h - Vendredi
 2  /
Réunion des responsables administratifs de composantes et des chefs de services centraux
9 h - Lundi
 /  16
Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail
14 h - Lundi
 /  /
Comité technique d'établissement
8 h 30 - Jeudi
 8  /
* Seuls les membres nouvellement élus (élections de novembre) sont concernés par ces deux dates de CA

Université, composantes et services

Liens vers les lettres électroniques utiles