Chiffres en tête

Le prix Nobel en quelques chiffres

Historique

Le prix Nobel est une récompense de portée internationale. Remis pour la première fois en 1901, les prix sont décernés chaque année à des personnes « ayant apporté le plus grand bénéfice à l'humanité », par leurs inventions, découvertes et améliorations dans différents domaines de la connaissance, par l'œuvre littéraire la plus impressionnante, ou par leur travail en faveur de la paix, suivant ainsi les derniers vœux d'Alfred Nobel, inventeur de la dynamite.
Au XXIe siècle, les prix sont décernés au courant du mois d'octobre de chaque année. La cérémonie de remise des prix a lieu le 10 décembre, jour anniversaire de la mort d'Alfred Nobel.
Les prix Nobel sont attribués depuis 1901 dans les domaines suivants : physique, chimie, physiologie ou médecine, littérature, paix.
En 1968, avec l'accord de la Fondation Nobel, la Banque de Suède a institué un prix en économie, le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, communément appelé « prix Nobel d'économie ».

550 prix Nobels décernés depuis 1901

Entre 1901 et 2011, 550 prix Nobel ont été décernés à 853 lauréats. 332 prix Nobel ont été décernés à un seul lauréat, 130 à deux lauréats et 87 à trois.
Parmi ces 853 lauréats, 23 sont des organisations (Croix rouge, Médecins du monde…) et seulement 44 sont des femmes.

53 lauréats du prix Nobel sont nés en France

Le comité Nobel classe les lauréats non pas selon leur nationalité mais en fonction de leur lieu de naissance. Ainsi, 53 lauréats sont nés en France sans qu'ils aient forcément tous la nationalité française. C'est le cas par exemple d'Alfred Werner, prix nobel de Chimie en 1913, né à Mulhouse mais de nationalité suisse. À l'inverse, Albert Camus de nationalité française n'est pas rattaché à la France mais à l'Algérie et Jules A. Hoffmann au Luxembourg.

3 prix Nobel pour l'Université de Strasbourg, dont 2 "en exercice"

Le comité Nobel classe également les prix Nobel de physique, chimie, physiologie ou médecine et économie selon l'institut de rattachement au moment de l'attribution du prix Nobel, Selon ce classement, l'Université de Sorbonne arrive en tête des instituts français avec 7 prix Nobel, suivie de l'Institut Pasteur (5 prix Nobel). L'Université de Strasbourg est à égalité avec le Collège de France avec trois prix Nobel:

  • Karl Ferdinand Braun, prix Nobel de physique en 1909. Né en Allemagne et de nationalité allemande, ce prix Nobel a été obtenu alors que l'université de Strasbourg était allemande;
  • Jean-Marie Lehn, prix Nobel de chimie en 1987. Ce prix Nobel a été obtenu du temps de l'Université Louis Pasteur.
  • Jules A. Hoffmann, prix Nobel de médecine en 2011.

12 autres prix Nobel en lien avec l'Université de Strasbourg

Outre les trois prix Nobels directement rattachés à l'université de Strasbourg et cités ci-dessus, l'université de Strasbourg peut se targuer d'avoir eu, à un moment donné de leur existence, 12 autres prix Nobel comme étudiant ou enseignant .

5 prix Nobel ont été étudiant à l'université de Strasbourg:

  • Charles Louis Alphonse Laveran, prix Nobel de médecine en 1907;
  • Albrecht Kossel, prix Nobel de chimie en 1902;
  • Paul Ehrlich, prix Nobel de médecine en 1908;
  • Max von Laue, prix Nobel de physique en 1914;
  • Otto Fritz Meyerhof, prix Nobel de médecine en 1922.

     

3 prix Nobel ont enseigné dans ses murs:

  • Adolf von Baeyer, prix Nobel de chimie en 1905;
  • Wilhem Röntgen, prix Nobel de physique en 1901;
  • Hermann Staudinger, prix Nobel de chimie en 1953.

     

4 prix Nobel ont été à la fois étudiant et enseignant à l'université de Strasbourg:

  • Hermann Emil Fischer, prix Nobel de chimie en 1902;
  • Otto Loewi, prix Nobel de médecine en 1936;
  • Albert Schweitzer, prix Nobel de la paix en 1952;
  • Louis Néel, prix Nobel de physique en 1970.

     

Service de l'Aide au Pilotage
Source: www.nobelprize.org

Chiffres en tête

Le diagnostic de performance énergétique de l'Université de Strasbourg

"Le diagnostic de performance énergétique (DPE) renseigne sur la performance énergétique d'un bâtiment, en évaluant sa consommation d'énergie et son impact en terme d'émission de gaz à effet de serre. Il s'inscrit dans le cadre de la politique énergétique définie au niveau européen afin de réduire la consommation d'énergie des bâtiments et de limiter les émissions de gaz à effet de serre"
(Source : Ministère de l'Écologie, du développement durable, des transports et du logement).

La lecture du DPE est facilitée par deux étiquettes à 7 classes de A à G (A correspondant à la meilleure performance, G à la plus mauvaise).

 

 

Sur les 75 bâtiments ou groupe de bâtiments de l'Université de Strasbourg, le DPE a pu être calculé pour 64 d'entre eux. Les informations concernant les 11 bâtiments restant étant incomplètes à ce jour. Le DPE est communiqué à chaque entité, à titre indicatif, dans le cadre du dialogue de gestion avec les composantes. 55% des bâtiments (35 bâtiments) ont un DPE compris entre A et D, 39% (25 bâtiments) entre E et G et 6% entre H et I.


Service de l'aide au pilotage
Source: DPI

Chiffres en tête

Enquête 2011 sur le devenir des Docteurs 2008

408 Docteurs en 2008
408 doctorants ont soutenu leur thèse avec succès entre le 1er janvier et le 31 décembre 2008 à l'Université de Strasbourg. C'est l'ensemble de cette population qui a fait l'objet d'une enquête sur leur devenir professionnel 27  à 38 mois après l'obtention de leur diplôme. Cette enquête a comme date d'observation le 1er mars 2011. 236 docteurs ont répondu à l'enquête soit un taux de réponse brut de 58%.

40% des docteurs 2008 ont effectué au moins un post-doctorat
Suite à l'obtention de leur doctorat, 40% des docteurs 2008 ont exercé au moins une activité de recherche postdoctorale au cours des 3 ans qui ont suivi. En moyenne, les docteurs 2008 de l'Université de Strasbourg accomplissent 1.3 post-doctorats pour une durée moyenne de 17 mois. 60% des post-doctorats sont réalisés à l'étranger, dont 70% en Europe.

32% des docteurs 2008 se sont présenté à la qualification du CNU
Un docteur sur trois seulement déclare avoir candidaté à la qualification aux fonctions de Maître de conférences auprès du CNU (Conseil national des universités). 80 % d’entre eux ont été qualifiés, soit 61 docteurs. Parmi ces 61 docteurs qualifiés, 44 (72 %) ont candidaté à un ou plusieurs postes de Maître de conférences et 15 (6% de l'ensemble des répondants) ont obtenu un poste.

Une insertion professionnelle favorable
Au 1er mars 2011, le taux d'insertion professionnelle est de 92% (nombre de diplômés en emploi (post-doc compris) /population active).
Près des deux tiers des docteurs 2008 sont en situation d’emploi au 1er mars 2011, 24 % sont en post-doctorat, 7 % à la recherche d’un emploi, 2 % inactifs et enfin 1 % toujours en études.


40% des diplômés en emploi travaillent à l'étranger

Deux docteurs 2008 sur cinq travaillent à l’étranger au 1er mars 2011. Ceci est essentiellement dû à la proportion importante d’étrangers parmi les docteurs ayant répondu à l'enquête (30%). Ainsi, 77 % des docteurs étrangers travaillent à l’étranger (dont 2/3 dans leur pays d'origine) contre seulement 22 % des docteurs français. Parmi les 78% de docteurs français travaillant en France, 53% ont leur emploi qui se situe en Alsace.

Des emplois occupés stables
Hors post doctorat, la part des contrats de travail stables (CDI ou titulaire de la fonction publique) augmente considérablement entre le premier emploi et l’emploi occupé au 1er mars 2011, passant de 60 % pour le premier emploi à 77 % pour l’emploi occupé au 1er mars 2011.
55 % de l’ensemble des emplois occupés par les docteurs 2008 relèvent du secteur public et 41 % du secteur privé.

79% des docteurs 2008 en emploi occupent un emploi d'ingénieur-cadre
Et 21% occupent seulement un poste de professions intermédiaires ou d'ouvriers-employés.

Des docteurs globalement satisfaits de leur emploi

77% des docteurs sont satisfaits de l'emploi qu'ils occupent au 1er mars 2011.

 



Pour consulter les données détaillées par écoles doctorales de cette enquête réalisée par l'ORESIPE (Observatoire régional de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle des étudiants) cf les fiches résultats de l'ORESIPE.

 

Source : Service de l'Aide au Pilotage - Enquête 2011 sur le devenir des Docteurs 2008

Chiffres en tête

L'inscription des bacheliers 2009 en première année d'université

Les bacheliers 2009, inscrits à la rentrée 2009 en 1re année d'université (DUT, DEUST et L1) ont été interrogés au moment de leur inscription sur, entre autres, les raisons qui ont motivé le choix de l'université et le choix de leur filière d'inscription.

Des raisons pratiques pour le choix de l’université

Les bacheliers 2009, majoritairement issus de l’académie de Strasbourg, ont avant tout choisi de s’inscrire dans les universités de l’académie pour des raisons pratiques, à savoir la proximité géographique avec le domicile des parents. Près de 78% d’entre eux avancent cette raison. La diversité de l’offre de formation et la renommée de l’université sont également citées par 25% des inscrits.
Pour les bacheliers originaires d’autres académies, principalement des académies limitrophes de Nancy-Metz et de Besançon, la proximité géographique avec le domicile des parents est moins fréquemment évoquée mais reste néanmoins une raison importante pour 40% des inscrits. Diversité de l’offre de formation et renommée de l’université sont avancées par plus de 40% de ces inscrits. Parmi les autres raisons invoquées (20%) ressort en premier l’attractivité de la ville de Strasbourg, son aspect européen et culturel.

Des motivations multiples pour le choix d’une formation universitaire

Les raisons évoquées par les bacheliers 2009 pour expliquer leur choix de poursuite d’études sont multiples : 70% des bacheliers 2009 ont tenu compte de l’intérêt pour la discipline, 55% de l’adaptation de la filière choisie à leur projet professionnel (38% ont coché ces deux critères à la fois), et 43% des perspectives professionnelles ouvertes par le diplôme qui sanctionne cette filière.

Près d’un quart des bacheliers 2009 qui se sont inscrits en DUT avancent l’argument de durée plus courte pour l’obtention du diplôme pour justifier leur choix. Environ 40% ont pris en considération les conditions d’études et le taux d’encadrement réputés meilleurs en DUT qu’en licence. Le coût (peu élevé) de la formation est plus rarement invoqué comme un élément déterminant du choix.

Consultez les données détaillées de cette enquête réalisée par l'ORESIPE (Observatoire régional de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle des étudiants) :


Source : Service de l'aide au pilotage - Enquête "Entrée en première année d'université"

Chiffres en tête

L'Université de Strasbourg et l'Allemagne

Au 15 janvier 2011, il y avait 517 étudiants de nationalité allemande inscrits à l'Université de Strasbourg soit 26 de plus qu'en 2010. En 2011, comme en 2010, les étudiants allemands sont la deuxième nationalité étrangère la plus représentée (après les  étudiants marocains en 2010 et les étudiants chinois en 2011). Au total, leur part s'élève à 6% des étudiants de nationalité étrangère.

Répartition des étudiants allemands par type de diplôme

Type de diplôme

% d'inscrits

DUT / DEUST 4,3%

Licence

26,5%
Licence professionnelle 3,3%
Master 22,4%
Diplôme d'école 9,1%
Diplôme de santé 7,5%
Doctorat / HDR 11%
Préparation aux concours 0,8%
DU 10,6%
Échanges internationaux 4,5%
Total 100,0%

Par rapport à l'ensemble des étudiants étrangers (cf. Chiffres en tête sur les étudiants de nationalité étrangère), les étudiants allemands sont davantage inscrits dans les diplômes d'écoles (9.1% contre 2.5%) et dans les formations courtes et professionelles que sont les DUT et les LP (7.6% contre 2.4%).

Répartition des étudiants de nationalité allemande par domaine de formation

Domaine

% d'inscrits

Arts, Lettres, Langues
23%
Droit, Economie, Gestion
31%
Sciences Humaines et Sociales
17%
Sciences et Technologies - Santé
29%

Les étudiants allemands sont davantage inscrits dans les formations relevant des domaines Droit-Economie -Gestion et Sciences et technologies-Santé.

Les cursus intégrés labellisés par l'Université franco-allemande (UFA) à l'Université de Strasbourg

95 étudiants français et 100 étudiants allemands sont inscrits en 2010-2011 en cursus intégré dans une des 9 formations labellisée par l'UFA (Université franco-allemande).

L'apprentissage de l'allemand

162 étudiants ont validé le CLES Allemand en 2009-2010

Les échanges internationaux avec l'Allemagne

  • 130 étudiants "entrants" dans le cadre de programmes d'échanges : 12 étudiants en double -diplôme, 113 étudiants en programme d'échange Erasmus et 5 étudiants en programme d'échange Eucor. Parmi ces 130 étudiants, 76 sont inscrits en Licence (58%), 52 en Master (40%) et 2 (2%) en cycle court.
  • 126 étudiants "sortants" dont 51 étudiants en programme d'échange Erasmus Etudes et 31 dans le cadre d'Erasmus Stages, 24 étudiants en programme d'échange Eucor, 6 étudiants en double-diplôme. Parmi ces 126 étudiants, 57 sont inscrits en licence (44%), 60 en master (46%) et 2 (2%) en cycle court.
  • Environ 200 accords Erasmus signés entre l'Université de Strasbourg et les établissements allemands sont en cours de validité en 2010/2011.

L'UFR des langues vivantes propose 5 diplômes d'Allemand

  • 226 inscriptions en licence LLCE (Langues, littératures et civilisations étrangères) parcours Allemand et 58 en Licence Langue et interculturalité - Ensemble germanique
  • 23 en master Mondes germaniques - Formation aux métiers de l'enseignement et de l'éducation
  • 63 en master Mondes germaniques (hors formation aux métiers de l'enseignement).
  • 21 inscriptions en Année préparatoire L3
  • 9 inscriptions en préparation pour l'agrégation d'allemand.

L'IUFM enregistre 43 inscrits en Master "Métiers de l'Education et de la Formation - parcours Enseignement de l'allemand et en allemand dans le 1er degré".

Enfin, l'université de Strasbourg propose également d'autres formations en lien avec l'allemagne comme par exemple, le Master Etudes européennes et internationales - l'Allemagne en Europe (7 inscrits), le magistère de Juristes d'affaires franco-allemands (15 inscrits) ou encore le master Histoire - Histoire des Mondes germaniques (10 inscrits).

Le personnel enseignant allemand

Au 1er janvier 2011, parmi les 1901 enseignants titulaires, 50 sont de nationalité allemande (38 enseignants chercheur, 3 enseignants chercheur hospitalo-universitaire, et 9 enseignants du 2nd degré). Parmi les 783 enseignants non titulaires, 19 sont de nationalité allemande.

 

Source: Service de l'Aide au Pilotage; Direction des relations internationales ; Chargé de mission relations internationales pour le franco-allemand

 

Chiffres en tête

La Mission Handicap en chiffres

183 étudiants en situation de handicap ont été identifiés par la Mission Handicap depuis la rentrée 2010. Ce chiffre est en augmentation de 27% par rapport à l’année dernière.

La moitié de ces étudiants identifiés sont des primo arrivants. L’autre moitié se divise entre les anciens étudiants déjà identifiés les années précédentes et en poursuite d’études et des étudiants anciennement inscrits mais nouvellement identifiés.

22% des 178 étudiants présentent des troubles moteurs, 20% des troubles du langage et de la parole, 12% des troubles viscéraux, 10% des troubles visuels ou psychiques, et 8% des troubles auditifs.

Près des deux tiers (69%) des étudiants handicapés identifiés auprès de la Mission Handicap sont inscrits en licence, 18% en Master, tandis que les filières professionelles que sont les  LP et  les DUT  regroupent respectivement 4% et 3% de ces étudiants.

44% des étudiants handicapés sont inscrits dans une filière du domaine Arts, Lettres et Langues  (ALL) ou Sciences Humaines et Sociales (SHS), 33% en Droit, Économie, Gestion (DEG) 19% en Sciences et Technologie (S&T) et 4% en Santé.

La Mission handicap recrute également 53 assistants d’études, secrétaires et surveillants d’examens pour aider les étudiants handicapés au quotidien dans leur parcours d’études.

 

Service de l'Aide au Pilotage
Source : Mission handicap, Service de la vie universitaire - Chiffres

Chiffres en tête

Le Jardin des sciences en chiffres

http://href="file///C:%5CDOCUME%7E1%5CCELINE%7E1%5CLOCALS%7E1%5CTemp%5Cmsohtmlclip1%5C01%5Cclip_filelist.xmlhttp://href="file///C:%5CDOCUME%7E1%5CCELINE%7E1%5CLOCALS%7E1%5CTemp%5Cmsohtmlclip1%5C01%5Cclip_themedata.thmxhttp://href="file///C:%5CDOCUME%7E1%5CCELINE%7E1%5CLOCALS%7E1%5CTemp%5Cmsohtmlclip1%5C01%5Cclip_colorschememapping.xml

Le Jardin des sciences regroupe les actions de diffusion de la culture scientifique et technique de l'Université de Strasbourg. Une équipe pluridisciplinaire offre un programme complet d'activités destinées à tous les publics, sur le campus, en ville et dans tout le territoire régional.

La fréquentation des manifestations régionales organisées par l'université


La fréquentation des manifestations régionales organisées par le Jardin des sciences est en augmentation depuis 2008 (+41% en 3 ans). Elle s’explique non seulement par une plus grande diversité des actions mais aussi par leur succès grandissant : le planétarium mobile et la Nuit des étoiles ont été deux grands succès en 2010.

La fréquentation des animations scolaires

La fréquentation des animations scolaires (hors planétarium) est en forte hausse depuis 2008 (+193%), principalement en raison du large succès rencontré par la Galerie d’actualité scientifique qui a atteint en 2010 sa capacité maximale d’occupation par les scolaires. Trois expositions ont été présentées dans ce cadre en 2010 :
« De Toumai à Sapiens, la ruée vers l’homme » : 1 673 élèves issus de 64 classes;
« OGM : les grains de la discorde »: 1 055 élèves issus de 41 classes;
« Biodiversité, la fin du sauvage ? », 1 645 élèves issus de 69 classes.

La fréquentation des lieux culturels relevant de l'université


La fréquentation des lieux culturels à l’université est également en augmentation (+19%) grâce au maintien de la fréquentation du planétarium fixe (23 678 visiteurs) et à l’intérêt soutenu pour les collections universitaires.

Zoom sur la fréquentation du planétarium

23 678 personnes ont visité le planétarium en 2010 dont 8 286 scolaires tandis que le planétarium mobile a attiré 4 230 visiteurs dont 2 544 scolaires.

Plusieurs manifestations ont également été organisées:
- La Nuit des musées : 2 380 visiteurs;
- La Nuit des étoiles : 1 200 visiteurs;
- La Journée du patrimoine : 1 500 visiteurs;
- Les nocturnes de la Fête de la Science : 221 visiteurs.

Zoom sur les cycles de conférence

Les conférences du Jardin des Sciences, qui se tiennent tous les jeudis de 18h à 20h, à l'Institut de Physique, ont attirée plus de 6 801 personnes lors du cycle septembre 2009-janvier 2011.  31 633 téléchargements Audiocours ainsi que 100 000 streaming via ITunes ont été enregistrés  pour l’ensemble des conférences (soit un facteur de 2,34 en moyenne entre le téléchargement et le streaming).

Service de l'Aide au Pilotage
Source : Le Jardin des sciences

Chiffres en tête

Les bacheliers 2010 inscrits à l'Université de Strasbourg en 2010/2011

Au 15/01/2011, 5 802 bacheliers 2010 titulaires d'un baccalauréat français sont inscrits à l'Université de Strasbourg. Ils représentent 14% des étudiants.

Ces étudiants sont majoritairement inscrits en licence, 66%. Ils sont 17% en première année des études de santé, 13% en première année de DUT. Et 4% en DEUST et première année du diplôme de l'IEP.


82% des bacheliers sont titulaires d'un baccalauréat général, avec 43% d'un baccalauréat de série scientifique (S), 25% de série économique et sociale (ES) et 15% de série littéraire (L). Ils sont 14% à être titulaire d'un baccalauréat technologique, ce sont les séries sciences et technologies de la gestion (STG), sciences et technologies industrielles (STI) et sciences et technologies de la santé et du social (ST2S) qui sont les plus répandues.


Bacheliers 2010 par académie d'obtention du baccalauréat

Académie d'obtention du baccalauréat

% d'inscrits

Bas-Rhin (académie de Strasbourg) 59%
Haut-Rhin (académie de Strasbourg) 23%
Nancy-Metz
8%
Besançon 3%
Autres académies
7%
Total 100%

18% des néobacheliers titulaires d'un baccalauréat français l'ont obtenu hors de l'académie de Strasbourg. Notamment dans les académies voisines, 8% dans l'académie de Nancy-Metz et 3% dans l'académie de Besançon.
72% des bacheliers 2010 ayant obtenu le baccalauréat dans l'académie de Strasbourg l'ont reçu dans le Bas-Rhin, les 28% restants dans le Haut-Rhin.

Source : Service de l'Aide au Pilotage

Chiffres en tête

Les étudiants de nationalité étrangère inscrits en 2010/2011

Au 15/01/2011, 8 537 étudiants de nationalité étrangère sont inscrits à l'Université de Strasbourg.

Les étudiants de nationalité étrangère représentent 20% des effectifs de l'université. Cette tendance est stable depuis 2008/2009.


Étudiants de nationalité étrangère par type de diplôme

Type de diplôme

% d'inscrits

DAEU / Capacité 0,1%
DUT / DEUST 1,5%

Licence

28,8%
Licence professionnelle 0,9%
Master 27,1%
Diplôme d'école 2,5%
Diplôme de santé 7,5%
Doctorat / HDR 14,8%
Préparation aux concours 0,4%
DU 13,0%
Échanges internationaux 3,0%
Total 100,0%

Ces étudiants sont majoritairement inscrits en licence et master, respectivement 28,8% et 27,1%. Nombreux en doctorat, ils représentent 46% des effectifs de ce diplôme. Par contre, ils sont peu présents dans les formations courtes : 1,5% en DUT / DEUST et 0,9% en licence professionnelle.


Étudiants de nationalité étrangère par discipline SISE

Discipline

% d'inscrits

Administration économique et sociale 3,1%
Droit-sciences politiques
15,9%
Langues
9,4%
Lettres et arts
10,9%
Médecine
8,2%
Odontologie
0,5%
Pharmacie
1,0%
Pluridisciplinaire lettres
1,6%
Pluridisciplinaire santé
1,1%
Pluridisciplinaire sciences
6,7%
Sciences économiques et de gestion 14,0%
Sciences fondamentales
9,7%
Sciences humaines et sociales
14,3%
STAPS
0,5%
Vie et santé
3,1%
Total 100,0%

Les étudiants de nationalité étrangère sont principalement inscrits dans les disciplines suivantes :

  • droit et sciences politiques (15,9%) ;

  • sciences humaines et sociales (14,3%) ;

  • sciences économiques et de gestion (14,0%) ;

  • lettres et arts (10,9%).

Par contre, ils sont peu représentés en pharmacie (1%), odontologie (0,5%) et STAPS (0,5%).

20% des étudiants de l'université sont de nationalité étrangère.

  • 41% de ces étudiants sont issus de pays européens, majoritairement membres de l'Union européenne ;
  • 28% sont originaires de pays africains ;
  • 22% d'Asie-Océanie ;
  • et 9% du continent américain.

Source : Service de l'Aide au Pilotage

Chiffres en tête

Effectifs étudiants 2010/2011 de l'Université de Strasbourg au 15/01/2011

42 448 étudiants sont inscrits à l'université de Strasbourg au 15/01/2011.


Les bacheliers 2010 titulaires d'un baccalauréat français représentent 14% des étudiants de l'université (5 802).

Plus de 80% des néobacheliers inscrits en première année à l'université sont titulaires d'un baccalauréat général. La série scientifique (S) est la plus répandue avec 43% des effectifs des néobacheliers, la série économique et sociale (ES) représente 1/4 des inscrits, et la série littéraire (L) 15%. Parmi les baccalauréats technologiques, c'est la série sciences et technologies de la gestion (STG) qui se démarque avec 7% des inscrits.

 

L'Université de Strasbourg compte 23 960 étudiantes, elles représentent 56% des inscrits.

Les étudiantes sont principalement présentes dans les disciplines de sciences humaines et sociales, avec 65% des effectifs, et de droit et sciences politiques, avec 60% des inscrits.

 

8 537 étudiants sont de nationalité étrangère, soit 20% des effectifs de l'université.

Les étudiants de nationalité étrangère viennent en majorité des pays membres de l'Union Européenne avec 33% des effectifs, 28% d'Afrique, 22% des pays d'Asie, 9% d'Amérique et 8% des pays européens hors Union Européenne.

 

2 657 étudiants sont inscrits en doctorat, soit 6% des effectifs. Ils sont répartis dans les 10 écoles doctorales de l'université.

Source : Service de l'Aide au Pilotage

Chiffres en tête

Le devenir des diplômés de DUT et LP 2007

775 diplômés en DUT et 801 en LP
775 étudiants inscrits en DUT et 801 étudiants inscrits en licence professionnelle  à l'Université de Strasbourg en 2006/2007 ont obtenu leur diplôme. C'est l'ensemble de cette population qui a fait l'objet d'une enquête sur leur devenir professionnel 27 mois après l'obtention de leur diplôme. Cette enquête a comme date d'observation le 1er décembre 2009. Les taux de réponse brut enregistrés sont respectivement de 62% et 60%.

81% des diplômés de DUT ont poursuivi des études en 2007-2008
Bien que les DUT soient des formations courtes à visée professionnelle,  85% des diplômés de DUT ont poursuivi des études durant au moins une année entre 2007-2008 et  2009-2010. dont 81% dès 2007-2008. C'est le cas également de 22% des diplômés de LP.

Une insertion professionnelle favorable
27 mois après l'obtention du diplôme, le taux d'insertion professionnelle est de  89,8% pour les  DUT et 92.9% pour les LP (nombre de diplômés en emploi/population active). Le taux de chômage (nombre de diplômés en situation de recherche d'emploi/population active) est respectivement de 10,2% et 7.1%.

Deux tiers des diplômés en emploi travaillent en Alsace

95,7% des diplômés de DUT en emploi et 95,3% des diplômés de LP en emploi travaillent en France dont respectivement 77,5% et 62,9% en Alsace.  Seulement  4% à 5% des personnes occupant un emploi ont déclaré travailler à l'étranger.

Des emplois occupés stables
Les diplômés en emploi occupent principalement des emplois stables (71% pour les DUT et 79% pour les LP). Il s'agit de  personnes ayant des contrats à durée indéterminée, titulaires de la fonction publique, de travailleurs indépendants ou libéraux. 29% des emplois occupés par les diplômés de DUT et 21% des emplois occupés par les diplômés de LP sont précaires (CDD, intérimaires, contrats aidés...).
Plus des trois quart des diplômés de LP (80%) travaillent dans des entreprises,  14% dans la fonction publique, 4% dans des structures associatives et 2% exercent une profession libérale ou travaillent à leur compte.

52% des diplômés LP en emploi occupent un emploi de professions intermédiaires

Un quart des diplômés de LP en emploi au 1er décembre 2009 occupent un poste de cadres et professions intellectuelles supérieures (23%), 52% exercent un emploi de professions intermédiaires et 25% travaillent comme ouvriers-employés.
27 mois après l'obtention du diplôme, le revenu médian mensuel est de 1 450 euros nets (équivalent temps plein) pour les diplômés de DUT  et 1 600€ net pour les diplômés de LP.

Une forte adéquation formation - emploi pour près de deux tiers des diplômés en activité

Parmi les diplômés de DUT occupant un emploi, 68% déclarent exercer une activité correspondant à leur domaine de formation. 87% des diplômés de LP sont satisfaits voire très satisfaits de la formation reçue.

Ces résultats sont variables selon les DUT et les licences professionnelles. Pour consulter les données détaillée de cette enquête réalisée par l'ORESIPE (Observatoire régional de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle des étudiants) cf les fiches résultats de l'ORESIPE.

Source : Service de l'Aide au Pilotage - Enquêtes DUT et LP 2007

Chiffres en tête

Réussite et devenir des bacheliers 2008 inscrits à l'Université de Strasbourg en 2008/2009

En 2008/2009, les bacheliers 2008 titulaires d'un baccalauréat français représentaient plus de 13% des effectifs de l'Université de Strasbourg.

En licence, la répartition des néobacheliers s'établit à 32% en DEG, 26% en SHS, 25% en ALL et 17% en S&T.

Pour évaluer les résultats 2008/2009 des étudiants, il est intéressant de distinguer dans un premier temps les réussites par rapport aux inscrits dans la formation et dans un second temps les réussites par rapport aux présents aux examens. Il est considéré comme "présents aux examens" les étudiants s'étant présentés à l'ensemble des épreuves obligatoires des examens du 1er semestre et du 2ème semestre, à l'exception du domaine DEG. Un étudiant a réussi sa première année s'il a validé l'ensemble des épreuves obligatoires.

Réussite des bacheliers 2008 en L1

Domaine
% des inscrits
% des présents
Arts, Lettres, Langues
32% 86%
Droit, Economie, Gestion
22% 26%
Sciences Humaines et Sociales
30% 63%
Sciences et Technologies
38% 60%
Total 29% 49%

En 2008/2009, le taux de réussite en L1 représentait 29% des inscrits contre 49% des présents pour l'ensemble des licences. Plus précisément, 38% des inscrits contre 60% des présents en S&T, 30% contre 63% en SHS et 32% contre 86% en ALL.

Devenir des bacheliers 2008 en L1 (situation en 2009/2010)

Domaine
% poursuite en L2 (par rapport aux inscrits)
% redoublement (par rapport aux inscrits)
%réorientation (par rapport aux inscrits) % sortie de l'UdS (par rapport aux inscrits)
Arts, Lettres, Langues
39% 14% 14% 33%
Droit, Économie, Gestion
30% 33% 12% 26%
Sciences Humaines et Sociales
39% 18%
12% 31%
Sciences et Technologies
49% 16% 13% 22%
Total 38% 21% 13% 28%

À l'issue de la première année, 38% des bacheliers 2008 ont poursuivi en L2, 21% ont redoublé, 13% se sont réorientés et 28% ont quitté l'université.

Le taux de passage de L1 en L2 est le plus faible pour les licences relevant du domaine DEG : 30% contre 39% dans les domaines ALL et SHS et près de 50% en S&T.

Réussite des bacheliers 2008 en première année des études de santé

Type de diplôme
% des inscrits
% des redoublants
Médecine  1re année
14% 39%
Pharmacie 1re année
15% 53%
Total 14% 42%

Le taux de néobacheliers 2008 admis aux concours en 2008/2009 était de 14% en médecine et de 15% en pharmacie. Ce taux n'a pas la même signification que les taux de réussite aux examens dans les autres types de diplôme, car il dépend fortement du nombre de places ouvertes aux concours (numerus clausus).

Il est intéressant de regarder le taux d'admis aux concours à l'issue de la deuxième année (résultats des bacheliers 2008 réinscrits en 2009/2010 en première année des études de santé), il était de 39% en médecine et 53% en pharmacie.

Devenir des bacheliers 2008 en première année des études de santé

Type de diplôme
% poursuite en 2e année (par rapport aux inscrits)
% redoublement (par rapport aux inscrits)
%réorientation (par rapport aux inscrits) % sortie de l'UdS (par rapport aux inscrits)
Médecin e 1re année 13% 60% 9% 18%
Pharmacie 1re année 15% 67% 6% 12%
Total 13% 61% 9% 17%

À l'issue de la première année des études de santé, 13% des bacheliers 2008 ont poursuivi en 2e année, 61% ont redoublé, 9% se sont réorientés et 17% ont quitté l'université.

Réussite des bacheliers 2008 en première année de DUT

Type de diplôme
% des inscrits
% des présents
DUT
77% 90%

Plus de 75% des inscrits en 1re année de DUT sont admis en 2e année.

Devenir des bacheliers 2008 en première année de DUT

Type de diplôme
% poursuite en DUT 2 (par rapport aux inscrits)
% redoublement (par rapport aux inscrits)
%réorientation (par rapport aux inscrits) % sortie de l'UdS (par rapport aux inscrits)
DUT 82% 5% 6% 7%

À  l'issue de la première année de DUT, plus de 80% des néobacheliers 2008 ont poursuivi en 2e année, 5% ont redoublé, 6% se sont réorientés dans une autre filière de l'université et 7% ont quitté l'université.


Pour lire l'analyse détaillée de cette étude réalisée par l'ORESIPE (Observatoire régional de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle des étudiants) cf.
http://www.unistra.fr/index.php?id=156.

Source : Service de l'Aide au Pilotage - Réussite et parcours des bacheliers 2008 inscrits en première année dans les universités d'Alsace en 2008/2009, selon la série du baccalauréat

Chiffres en tête

Suivi de cohorte des bacheliers 2005

Le suvi de cohorte permet de connaître le parcours sur 5 ans au sein de l'Université de Strasbourg des bacheliers 2005 titulaires d'un baccalauréat français inscrits à la rentrée 2005 en première année de DUT, de licence ou du secteur santé.

Réussite au diplôme en 2009/2010

Domaine

% de diplômés de licence

Arts, Lettres, Langues
42%
Droit, Economie, Gestion
33%
Sciences Humaines et Sociales
37%
Sciences et Technologies
50%

En 2009/2010, la moitié des bacheliers 2005 inscrits en première année de licence dans le domaine sciences et technologies à la rentrée 2005 ont obtenu une licence ou une licence professionnelle. Ils sont plus de 40% dans le domaine arts, lettres et langues, et plus d'un tiers dans les domaines droit, économie, gestion et sciences humaines et sociales.

 

Secteur

% de diplômés de DUT

Secondaire
81%
Tertiaire
85%

En 2009/2010, 82% des bacheliers 2005 inscrits en première année de DUT en 2005/2006 sont diplômés de DUT.

 

Secteur de santé

% d'admis en 2ème année des études de santé

Médecine
38%
Pharmacie 40%

En 2009/2010, près de 40% des bacheliers 2005 inscrits en 2005/2006 en première année des études de santé ont été admis en deuxième année des études de santé.

 

Niveau maximum atteint en 5 ans en 2009/2010

Domaine
Bac+1
Bac+2 Bac+3 Bac+4 Bac+5
Arts, Lettres, Langues
42% 12% 29%
9%
8%
Droit, Economie, Gestion
45% 13% 16% 14% 12%
Sciences Humaines et Sociales
51% 11%
22%
9%
7%
Sciences et Technologies
28% 12% 28% 14% 18%

En 2009/2010, 28% des bacheliers 2005 inscrits en L1 dans le domaine sciences et technologies en 2005/2006 n'ont pas dépassé le niveau bac+1, 18% ont atteint un niveau bac+5 en 5 ans soit un parcours sans redoublement.

 

Diplôme
Bac+3
Bac+5
DUT
33% 5%

En 2009/2010, 33% des bacheliers 2005 inscrits en première année de DUT à la rentrée 2005 ont atteint un niveau bac+3, 5% un niveau bac+5.

 

Secteur de santé

Bac+1
Bac+2 Bac+3 Bac+4 Bac+5
Médecine
47% 6% 12%
23%
12%
Pharmacie
28% 7% 15% 37% 13%

En 2009/2010, 47% des bacheliers 2005 inscrits en première année de médecine et 28% des inscrits en  première année de pharmacie à la rentrée 2005 n'ont pas dépassé le niveau bac+1, 12% et 13% de ces inscrits ont respectivement atteint un niveau bac+5.

 

Pour lire l'analyse détaillée de cette étude réalisée par l'ORESIPE (Observatoire régional de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle des étudiants) cf le suivi de cohortes de l'ORESIPE.

Source : Service de l'Aide au Pilotage - Parcours des bacheliers 2005 entre 2005 et 2009

Chiffres en tête

Les étudiants et le Japon en 2009/2010

Au 15 janvier 2010, il y avait 73 étudiants de nationalité japonaise inscrits à l'Université de Strasbourg.

Les échanges internationaux avec le Japon

  • 14 étudiants "sortants" dans le cadre de programmes d'échanges : 4 étudiants en programme d'échange spécifique (programme adapté à des non spécialistes), 9 étudiants en programme d'échange régulier (programme adapté aux spécialistes) et un étudiant en stage reconnu comme période d'étude.
  • 28 étudiants "entrants" : dont 10 étudiants en programme d'échange spécifique et 18 étudiants en programme d'échange régulier.
  • Plus de 20 conventions signées entre l'Université de Strasbourg et les établissements japonais étaient en cours de validité en 2009/2010 (Tokyo University, Nagoya University, Tokyo Institute of Technology...).

L'UFR des langues vivantes propose 4 diplômes de japonais

  • 10 inscriptions en DU Initiation au Japonais et 7 en DU Japonais ;
  • 120 inscriptions en licence LLCE (Langues, littératures et civilisations étrangères) parcours japonais et 18 en master EMOS (Études méditerranéennes orientales et slaves) parcours Japonais.

Source : Service de l'Aide au Pilotage - Direction des relations internationales

Chiffres en tête

Présents aux examens 2008/2009

Le nouveau modèle de répartition des moyens, désigné par l'acronyme SYMPA 2 (SYstème de répartition des Moyens à la Performance et à l'Activité), attribués aux établissements d'enseignement supérieur repose, entre autres, sur le nombre d'étudiants présents aux examens. Il s'agit du nombre d'étudiants ayant obtenu au moins une note strictement supérieure à zéro au cours de l'année. Seuls les diplômes ouvrant droit à une allocation de moyens de la part du ministère sont concernés par l'enquête des présents aux examens.

Pourcentage des présents aux examens par rapport aux inscrits pour l'année 2008/2009

Type de diplôme

% Présents aux examens / Inscrits

DAEU / Capacité
65,1%
DEUST
97,3%
DUT 97,7%
Licence 79,9%
Licence professionnelle
88,3%
Master 89,8%
Diplôme d'IEP
99,3%
Diplôme d'ingénieur
99,1%
Diplôme supérieur de notariat
100%
Magistère 97,7%
Maîtrise 97,5%
MST 94,4%
Diplôme de santé
96,5%
Total 86,5%

Plus de 86% des inscrits aux diplômes pris en compte dans l'enquête des présents aux examens ont obtenu au moins une note strictement supérieure à zéro au cours de l'année universitaire 2008/2009.

 

 

Source : Service de l'Aide au Pilotage - Enquête Présence aux examens année universitaire 2008/2009

Chiffres en tête

Le devenir des diplômés de master 2007

2 926 diplômés en master
2 926 étudiants inscrits en 2e année de master à l'Université de Strasbourg en 2006/2007 ont obtenu leur diplôme (soit 73% parmi l'ensemble des inscrits en 2e année de master). 70% de ces diplômés de master sont qualifiés de sortants de l'enseignement supérieur. C'est l'ensemble de cette population qui a fait l'objet d'une enquête sur leur devenir professionnel 27 mois après l'obtention de leur diplôme. Cette enquête a comme date d'observation le 1er décembre 2009. Le taux de réponse brut enregistré est de 44%.

Une insertion professionnelle favorable

27 mois après l'obtention du diplôme, le taux d'insertion professionnelle est de 91,4% (nombre de diplômés en emploi/population active) et le taux de chômage (nombre de diplômés en situation de recherche d'emploi/population active) est de 8,6%.

Près de la moitié des diplômés en emploi travaillent en Alsace

83% des diplômés en emploi travaillent en France. L'Alsace est la région la plus représentée avec 46% des actifs. 17% des personnes occupant un emploi ont déclaré travailler à l'étranger, majoritairement (78%) au sein de l'Union Européenne.

71% des emplois occupés sont stables
Les diplômés en emploi occupent principalement des emplois stables (71%). Il s'agit de  personnes ayant des contrats à durée indéterminée, titulaires de la fonction publique, de travailleurs indépendants ou libéraux. 29% des emplois occupés sont précaires (CDD, intérimaires, contrats aidés...).
Plus de la moitié des diplômés (61%) travaillent dans des entreprises, près d'un quart (23%) dans la fonction publique, 10% dans des structures associatives et 6% exercent une profession libérale ou travaillent à leur compte.

71% des diplômés en emploi occupent un poste  de cadres

Plus de deux tiers des diplômés en emploi au 1er décembre 2009, occupent un poste de cadres et professions intellectuelles supérieures, 20% exercent un emploi de professions intermédiaires et 9% travaillent comme ouvriers-employés.
27 mois après l'obtention du diplôme, le salaire médian mensuel est de 1 985 euros nets (équivalent temps plein).

Une forte adéquation formation - emploi pour près des trois quarts des diplômés en activité

Parmi les personnes occupant un emploi, 71% déclarent exercer une activité correspondant à leur niveau de qualification ou à leur domaine de formation.

Ces résultats sont variables selon les domaines disciplinaires d'obtention du diplôme. Pour lire l'analyse détaillée de cette enquête réalisée par l'ORESIPE (Observatoire régional de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle des étudiants) cf dossiers de l'ORESIPE.

Source : Service de l'Aide au Pilotage - Enquête master 2007

Chiffres en tête

Les personnels BIATOSS au 01/01/2010

Au 01/01/2010, les personnels BIATOSS (bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers de service et de santé) de l'Université de Strasbourg représentent 2 151,2 ETP (équivalents temps plein).

68% des personnels BIATOSS de l'université sont titulaires

Type de population
Catégories Total
A B C
Titulaires 20% 17%
32%
68%
Contractuels 11% 8% 13% 32%
Total 31% 25% 45% 100%

Les personnels contractuels représentent 32% des personnels BIATOSS de l'université. La part des personnels contractuels dont la mission est à caractère permanent s'élève à 45%.
Près de 45% des personnels BIATOSS sont de catégorie C, 31% de catégorie A et 25% de catégorie B.

Les personnels affectés dans les services représentent 44% des personnels BIATOSS de l'université

Groupe de fonction Composantes Unités de recherche Services Total
Gestion de l'étudiant 14% >0% 5% 19%
Recherche 3% 13% 2% 18%
Documentation 1% >0% 7% 8%
Immobilier - Sécurité 3% >0% 3% 7%
Logistique 6% 1% 4% 11%
Informatique 2% 1% 6% 9%
Relations Internationales 1% - 1% 1%
Gestion de l'établissement 10% 1% 16% 27%
Total 40% 16% 44% 100%

Près de 1 personnel sur quatre exerce une activité dans le groupe de fonction gestion de l'établissement. Dans les composantes, 35% des ETP exercent une activité dans les fonctions gestion de l'étudiant. 36% des ETP affectés dans les services exercent une activité dans les fonctions gestion de l'établissement. Les unités de recherche consacrent plus de 80% de leur ETP dans les fonctions de la recherche.

56% des personnels sont de catégorie A et B

Plus de la moitié des personnels sont de catégorie A et B. Ils sont majoritairement présents dans les fonctions informatique, recherche, relations internationales et gestion de l'établissement. Tandis que les personnels de catégorie C sont davantage représentés dans les fonctions logistiques, gestion de l'étudiant, immobilier-sécurité et documentation.

Les personnels contractuels très présents dans les fonctions relations internationales

Les personnels contractuels représentent près d'un tiers des personnels BIATOSS de l'université. Tout comme les personnels titulaires ils exercent principalement des fonctions de gestion de l'étudiant, de recherche et de gestion de l'établissement. Les personnels contractuels sont prépondérants dans les fonctions relations internationales.

Une majorité de femmes à l'université

Les femmes représentent 64% des personnels BIATOSS de l'université. Plus d'un personnel sur deux est une femme dans les fonctions relations internationales, gestion de l'étudiant, gestion de l'établissement, documentation et logistique. Par contre dans les fonctions informatique et immobilier-sécurité elles représent moins de 25% des ETP.

18% des personnels BIATOSS devraient partir à la retraite d'ici 5 ans

Avec un âge de départ prévisionnel de départ à la retraite à 60 ans, 18% des personnels BIATOSS de l'université devraient partir à la retraite d'ici 2015. Un peu plus d'un personnel sur cinq dans les fonctions relations internationales, logistique, documentation et gestion de l'établissement.

Source : Service de l'Aide au Pilotage - Enquête fonction 2010

Chiffres en tête

Les diplômés 2009 (hors diplômes de santé et DU)

8 876 diplômes délivrés en 2009

En 2009, l'Université de Strasbourg a délivré 8 876 diplômes (hors diplômes de santé et DU).

La tendance est stable par rapport à l'année 2008. Certains types de diplômes enregistrent néanmoins une hausse du nombre de diplômés pour de multiples raisons (offre de formation ...). Toutefois le nombre d'étudiants inscrits en 2008/2009 (41 061 au 15/01/2009) est plus faible que celui de 2007/2008 (41 740 au 15/01/2008).

 

Nombre de diplômes délivrés Taux de variation entre 2008 et 2009

Type de diplôme

Rappel 2008 2009

DUT / DEUST

938 959 2,2%
Licence professionnelle 774 923 19,3%
Licence 3 128 3 057 -2,3%
Ingénieurs / Ecoles / IEP 594 580 -2,4%
Master 2 976 2 902 -2,5%
Doctorat 412 455 10,4%

 

À la hausse : licences professionnelles et doctorats

  • le nombre de licences professionnelles délivrées a augmenté de 19,3% entre 2008 et 2009 ;
  • le nombre de thèses soutenues et validées au cours de l'année civile 2009 est de 455, il a augmenté de 10,4% entre 2008 et 2009.

Source : Service de l'aide au pilotage

Chiffres en tête

Les licences professionnelles en 2009/2010

En 2009/2010, l'Université de Strasbourg propose 19 licences professionnelles, déclinées en plus de 30 spécialités. 1 004 étudiants sont inscrits dans ces licences au 15 janvier 2010. Cet effectif est quasi-stable depuis 2008/2009 (1 009 étudiants au 15 janvier 2009). Les 3e années des licences "classiques" comptent  3 894 étudiants. Les inscrits en licences professionnelles représentent donc 20,5% des inscrits en dernière année de licence. Les trois IUT de l'Université de Strasbourg  regroupent plus de la moitié des inscrits en licence professionnelle. La répartition des inscrits en fonction du secteur disciplinaire montre une prédominance des sciences fondamentales (52% des inscrits), suivi des sciences économiques et de gestion (16%) et de l'administration économique et sociale (12%). Les étudiantes représentent 38% des inscrits en licence professionnelle. Cette proportion est inférieure à la moyenne de l'Université de Strasbourg (57% d'étudiantes dans l'ensemble des inscrits). Cette différence s'explique par la prépondérance de licences professionnelles relevant des sciences fondamentales où, précisément, les étudiantes sont moins nombreuses (cf. : Répartition par genre des étudiants de l'Université de Strasbourg). La proportion d'étudiants de nationalité étrangère inscrits en licence professionnelle est, elle aussi, inférieure à celle de l'ensemble de l'Université : 7,2% contre 19,8%. À noter également que 25% des étudiants suivent leur licence professionnelle en tant qu'apprentis (moins de 1,2% pour l'ensemble de l'Université) et 27% dans le cadre de la formation continue (3,8% pour l'ensemble des formation diplômantes de l'Université). Enfin, 79% des étudiants en formation initiale ont obtenu un BTS ou un DUT avant de s'inscrire en licence professionnelle.

Poids des étudiants inscrits en licences professionnelles par rapport aux étudiants inscrits en 3e année de licence, Université de Strasbourg 2009/2010

Répartition des inscrits en licence professionnelle, selon le secteur disciplinaire, UdS 2009/2010

 

Service d'aide au pilotage - 07/2010

Chiffres en tête

Les doctorants de l'Université de Strasbourg en 2009/2010

Au 15 janvier 2010, 2 656 doctorants sont inscrits à l'Université de Strasbourg, ils représentent soit 6,3% des effectifs étudiants. L'effectif des doctorants est quasi stable depuis 2008-2009 (2 649 doctorants en 2008/2009, cf. chiffres  sur les doctorants en 2008/2009 )

10 écoles doctorales

Depuis la rentrée 2009, une nouvelle école doctorale (ED) a été créée à l'Université de Strasbourg, l'école doctorale "Sciences de l'homme et de la société", ce qui porte à 10 le nombre des ED.

Les effectifs de doctorants inscrits dans les écoles doctorales sont variables. L'ED des sciences de la vie et de la santé regroupe ainsi 21% des doctorants de l'UdS, suivie de l'ED des humanités (15%), de l'ED de droit, sciences politiques et histoire (14%),  de l'ED des sciences de l'homme et des sociétés (13%) et de l'ED des sciences chimiques (11%). Toutes les autre sEd ont un poids inférieur à 10% des doctorants.

 

Ecole doctorale 2009/2010 Répartition des doctorats délivrés en 2009
% des effectifs
Proportion de femmes Proportion d'étrangers
Augustin Cournot (sciences économiques - gestion) 4% 48% 51% 2%
Droit, sciences politiques et histoire 14% 51% 54% 11%
Mathématiques, sc. de l'information et de l'ingénieur 7% 17% 42% 9%
Sciences chimiques 11% 43% 44% 16%
Physique et chimie-physique 6% 29% 54% 9%
Sc. de la terre, de l'univers et de l'environnement 3% 40% 32% 4%
Sciences de la vie et de la santé 21% 50% 41% 29%
Humanités 15% 59% 53% 10%
Sciences de l'homme et des socitétés 13% 57% 42% 6%
Théologie et sciences religieuses 6% 20% 57% 4%
Total Université de Strasbourg (%) 100% 45% 47% 100%
Total effectifs 2 656 1 208 1 247 455

 

45% de femmes parmi les doctorants

Les femmes représentent 45% de la population des doctorants, alors qu'elles sont majoritaires dans les autres niveaux d'études, en licence comme en master.  Elles sont très minoritaires dans les ED mathématiques, sciences de l'information et de l'ingénieur, théologie et sciences religieuses et physiques et physique-chimie. Elles sont en revanche majoritaires dans les ED des humanités, sciences de l'homme et de la société et droit, sciences politiques et histoire.

47% doctorants de nationalité étrangère

Le doctorat est le niveau de diplôme où les étudiants étrangers sont les plus présents : 47% des doctorants. Excepté pour l'ED des sciences de la terre, de l'univers et de l'environnement (32%), les doctorants étrangers représentent toujours plus de 40% des doctorants. Cette proportion est parfois supérieure à 50% et atteint 57% pour l'ED de théologie et sciences religieuses.

233 doctorants, soit 9% de l'ensemble, préparent une thèse en cotutelle

455 doctorats délivrés en 2009

Durant l'année 2009, 455 doctorants ont soutenu leur thèse et obtenu leur doctorat. Ce chiffre a augmenté de près de 100 thèses sur les 5 dernières années. Le nombre de thèses soutenues dans chaque ED n'est pas proportionnel au nombre des doctorants qui y sont inscrits. Ce constat est la traduction chiffrée de pratiques différentes dans la conduite des thèses selon le secteur disciplinaire.


Source : Service de l'aide au pilotage

Chiffres en tête

L'Université de Strasbourg, opérateur international de la recherche

  • 1 prix Nobel : Jean-Marie Lehn, Chimie (1987)
  • 13 membres et 2 correspondants de l'Académie des sciences
  • 43 membres de l'Institut universitaire de France
  • 1 membre et 1 correspondant de l'Académie des inscriptions et belles lettres
  • 1 Collège doctoral européen

<br /><a href="http://www.lactu.unistra.fr/index.php?id=10332#c39780"> Entretien avec Jules Hoffmann, prix Nobel de médecine 2011</a>

Chiffres en tête

Les prix Nobel

  • 2 prix Nobel à Strasbourg
  • 53 lauréats nés en France
  • 550 prix depuis 1901

     

Vous avez une information pour L'Actu ?

Exceptionnellement pour cause de jour férié : envoyez votre info à lactu@unistra.fr avant le MARDI 8 novembre midi pour une parution le JEUDI 10 novembre 2011.
Consultez les dates des prochains numéros.